« L’euro/dollar restera entre 1,40 et 1,47 dans les prochains mois »

le 11/07/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Nordine Naam, stratégiste taux et change chez Natixis

L'Agefi: Malgré la crise grecque, pourquoi l'euro monte-t-il face au dollar?

Nordine Naam : L’euro a bénéficié de la diminution des craintes de défaut de la Grèce après l’adoption de nouvelles mesures d’austérité conditionnant le versement de 12 milliards d'euros de la précédente aide financière. Cela a permis une nette amélioration de l’appétit pour le risque défavorable au dollar. Par ailleurs, l’euro est soutenu par la perspective de taux directeurs plus élevés alors que le dollar est particulièrement pénalisé par une politique monétaire durablement accommodante. Toutefois, la remontée de l’euro a de nouveau été bridée par de nouvelles annonces négatives avec en particulier le rejet du plan français sur la dette grecque par l’agence S&P et par l’abaissement de la signature du Portugal par l’agence Moody’s. Dans les prochains mois, l’euro/dollar restera entre 1,40 et 1,47 en fonction de l’appétit pour le risque et des nouvelles sur le front des dettes des pays périphériques, notamment en septembre où la troïka se réunira de nouveau pour juger des avancées de la Grèce en termes de réduction des déficits publics.

Le ton toujours accommodant de la BoE peut-il favoriser une nouvelle appréciation de l'euro face à la livre sterling?

La série de mauvais chiffres d’activité au Royaume-Uni depuis deux mois a renforcé le sentiment au sein de la BoE que la politique monétaire doit rester durablement accommodante, certains membres plaidant même pour une réactivation des achats du programme d’achat d'emprunts d'Etat si nécessaire. Dans ce contexte, le différentiel de taux d’intérêt devrait favoriser l’euro par rapport au sterling. On pourrait ainsi tester le niveau de 0,92 sur l’euro/livre cet été.

panel change
ZOOM
panel change

A lire aussi