Amundi cherche à exploiter le besoin d'épargne inassouvi des jeunes actifs

le 06/07/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon l’étude annuelle Amundi-TNS Sofres, 60 % des jeunes actifs interrogés consacrent moins de 10 % de leurs revenus à l’épargne retraite

Les besoins en épargne salariale sont encore loin d'être exploités. C'est ce qui ressort du quatrième baromètre annuel réalisé par l'institut de sondage TNS Sofres en partenariat avec Amundi concernant l'appétence des jeunes actifs (de 25 à 34 ans) pour l'épargne. En effet, l'étude révèle que 81% des personnes interrogées n'ont pas confiance dans le système de retraite par répartition et souhaite développer une épargne complémentaire. Dès lors, ils font confiance à l'entreprise pour mettre en place des solutions collectives.

Cependant, pour l'heure ces intentions restent largement inexploitées. En effet, seuls 28% d'entre eux ont déjà commencé à préparer leur retraite selon l'enquête. Ils ne consacrent en outre que 15% de leurs revenus en moyenne à l'épargne, qui reste majoritairement de précaution. Avec de fortes disparités, 60% des jeunes actifs interrogés y consacrant moins de 10% de leurs revenus.

Ce phénomène s'expliquerait notamment par un «très net besoin d'information et d'accompagnement des entreprises, de l'Etat», explique Frédéric Chassagne, responsable des études chez TNS Sofres. En effet, 31% des sondés ne savent pas si leur entreprise propose un plan d'épargne retraite. Et l’utilisation du Perco est perçue par 47% d’entre eux uniquement sous le prisme des avantages financiers, alors que l’assurance est appréciée par 62% des jeunes actifs pour sa large accessibilité.

L’enquête montre néanmoins que les attentes des jeunes actifs sont spécifiques et tournées vers la sécurité et la garantie du capital. Ainsi, pas moins de 92% d’entre eux privilégient une option de produit qui garantit le capital avec un taux limité, plutôt que des rendements potentiellement plus élevés avec un capital non garanti.

«Amundi compte exploiter sa position d’acteur de premier plan» annonce Pierre Cherec, responsable de l’épargne salariale, secteur qui a confirmé son redressement en 2010 après le creux de 2008. Selon les chiffres de l’AFG, la coentreprise détenue à 75% par le Crédit Agricole et à 25% par la Société Générale a en effet vu ses encours progresser de 9,3% à 31,34 milliards d’euros. Avec sa gamme «Amundi Perco Intégral» et «Amundi Protect 90», la société espère capter le marché du Perco qui a représenté en 2010 un tiers de la collecte nette en épargne salariale de 2,7 milliards d’euros.

A lire aussi