Amundi règne sur l’épargne salariale

le 15/06/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En dépit des évolutions du marché et de la disparition de certains acteurs, les lignes bougent peu dans ce métier en France

Le marché de l’épargne salariale a confirmé en 2010 son redressement, après le creux de 2008 lié à la crise financière. Selon les statistiques de l’Association française de la gestion financière (AFG), les encours gérés au 31 décembre 2010 ont progressé de 4,5% par rapport au 31 décembre 2009, à 88,6 milliards d’euros.

Cette croissance a essentiellement profité à Amundi. La société de gestion, détenue à 75% par le Crédit Agricole et 25% par la Société Générale, a confirmé sa domination. Le montant de ses encours a progressé de 9,3% et atteint désormais 31,34 milliards d’euros. Elle conforte sa part de marché, qui augmente de 1,2 point et atteint désormais 35,4% (voir tableau).

Si le trio de tête reste inchangé, Natixis AM et BNP Paribas Investment Partners (en deuxième et troisième positions) ont été les plus grands perdants en 2010. Tandis que les montants gérés par BNP PIP reculent légèrement, ceux de la filiale du groupe BPCE augmentent moins que le marché.

Autre bénéficiaire, CM CIC Asset Management. Si la société conserve la cinquième place, elle voit sa part de marché progresser sensiblement (0,5 point). Elle gérait plus de 5,23 milliards d’euros au 31 décembre dernier et réalise la deuxième plus forte progression du top 10 (+14,2%), en partie aidée par le rachat de l'activité de Barclays, qui lui a apporté environ 200 millions d'euros d'encours. Mais cette croissance, assise sur un montant relativement faible d’actifs, ne lui permet pas de rattraper son prédécesseur Gestion BTP.

Dans le registre de la tenue de comptes, les positions sont également inchangées: Interépargne (filiale de Natixis), le Crédit Agricole et BNP Paribas ERE occupent toujours le podium dans cet ordre, avec une progression plus nette de la banque verte en terme de part de marché.

epargne salariale
ZOOM
epargne salariale

A lire aussi