« Nous privilégions les groupes à bases industrielles exposées aux zones de croissance »

le 14/06/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Emmanuel Morano, responsable de la gestion actions chez UFG-LFP

L’Agefi : Pourquoi miser sur un fort rebond des actions d’ici un an ?

Emmanuel Morano : Les fondamentaux micro-économiques sont solides : résistance des marges au coût des matières premières, résistance de l’activité à l’impact négatif des changes, valorisations faibles. La dynamique des résultats au premier trimestre a été porteuse. Cependant, à court terme, le marché ne tient pas compte de ces améliorations sous-jacentes et reste focalisé sur des problématiques de risque liées aux taux et aux changes. Ces problématiques entretiennent aussi des craintes de ralentissement plus marqué dans les économies développées. A moyen terme, les valorisations absolues et les écarts de valorisation sectoriels, extrêmement faibles, devraient constituer une force de rappel à la hausse importante.

Quels secteurs et zones géographiques privilégiez-vous pour les prochains mois ?

La poursuite de la croissance, notamment dans les zones émergentes, pourrait provoquer des révisions à la hausse (prévisions 2011 et 2012 basses). Nous restons donc positionnés sur les secteurs cycliques les plus globaux: industries amont (énergie et métaux), et biens d’équipement. Sur ce dernier secteur, nous privilégierions les segments peu consommateurs de coûts matières (industries d’équipement à cycle long, énergie/transports). La situation d’endettement des économies devient un critère déterminant dans la visibilité de la croissance. A cet égard, les zones émergentes sont mieux positionnées; les Etats-Unis doivent confirmer leur reprise (derniers indicateurs en ralentissement), tandis que la situation en Europe est contrastée. Dans ce contexte, nous favorisons les groupes disposant de bases industrielles exposées aux zones de croissance.

panel actions
ZOOM
panel actions

A lire aussi