Madrid prépare l'avenir avec sa trésorerie

le 14/06/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Trésor espagnol n'a réalisé que la moitié de ses émissions prévues en 2011 mais a des réserves de cash

Photo: Bloomberg

Les Etats membres de la zone euro ont bien avancé dans leur programme d’émissions de dettes 2011. Ils ont placé 49% des 784 milliards d’euros qu'ils devaient lever à moyen et long terme. Tandis que le Portugal avait effectué 57% du sien avant de se résigner début avril à obtenir l’aide internationale, l’Espagne, elle, est en léger retard avec un taux d'avancement inférieur à 50%. Madrid, qui placera jeudi une dette de maturité 2026, a toutefois accumulé du cash pour faire face à un imprévu d'ici à la fin de l'année.

Cette année, les pays de la zone euro ont placé, selon Natixis, environ 383 milliards d’euros d’émissions de dettes - hors billets de trésorie et dettes à court terme. La Finlande, l’Autriche et la France sont dans le peloton de tête avec un programme 2011 réalisé à hauteur de 67% pour le premier et 57% pour les deux derniers. L'Allemagne fait figure de mauvais élève. La Finanzagentur n'a effectué que 41% de son programme et devra lever 115 millliards d'ici à la fin 2011, mais n'a évidemment pas de souci à se faire.

Le Portugal, qui avait accéléré au premier trimestre ses émissions malgré des taux exorbitants, à l'instar de l'Irlande et la Grèce, est sorti du marché primaire. Pour autant, les investisseurs attendent, dans le cadre de l'aide de 78 milliards d'euros dont bénéficie Lisbonne, une émission de 5 milliards d'euros à 10 ans de la Facilité européenne de stabilité financière, EFSF. Co-organisé par Barclays Capital, Deutsche Bank et HSBC, ce placement aura lieu d'ici à fin juin. Il sera suivi, avant la fin de l'été, par la vente d'une tranche de 3 milliards à 5 ans toujours pour aider le Portugal.

L'Italie, qui a bien résisté à la crise de la dette souveraine, a placé 48% de ses volumes de dettes prévus. Le souverain testera le marché aujourd'hui avec l'émission de BTP de maturité avril 2016. Mise sous pression par Fitch, la Belgique a levé 50% des montants prévus.

Quant à l'Espagne, son retard par rapport à la moyenne est à tempérer. «L’année dernière à la même période, l’Espagne avait rattrapé son retard par rapport au reste de la zone euro et avait réussi à effectuer 50% de son programme d’émissions en sachant que le Tesoro avait eu à la fin 2010 moins de dette à émettre que prévu», explique Jean-François Robin, stratégiste taux chez Natixis. Pour autant, même si le pays doit encore réaliser 52% de son programme d’ici la fin de l’année et rembourser 15 et 14 milliards de dette en juillet et octobre, le stratégiste, au regard du montant déjà levé sur le primaire, se dit serein quant à sa capacité à se refinancer au deuxième semestre. Même dans des scénarios de dégradations de ses notations, de stress tests des banques espagnoles défavorables ou de difficultés pour les collectivités locales.

Pour faire face à ces aléas, Madrid a d'ailleurs anticipé. Deutsche Bank estime à 16,4 milliards le coussin de cash accumulé entre janvier et fin avril, le volume de Bons du Trésor et de dettes à moyen long terme ayant atteint 69,5 milliards, face à 53,1 milliards de tombées de coupons, de remboursements et de déficit primaire. En mai, les émissions espagnoles se sont élevées à 19,8 milliards, pour 6,5 milliards de paiements de coupons et de remboursements. Même si mai n'a pas été un bon mois en termes de revenus fiscaux, le coussin de réserve de trésorerie additionnelle, aujourd'hui, est tout à fait confortable.

emissions dette Etats Europe
ZOOM
emissions dette Etats Europe

A lire aussi