Le « Panel Allocation » privilégie toujours largement les actions

le 06/06/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les gestions conservent un portefeuille globalement inchangé. A 9%, la part de cash atteint un niveau record

L’attentisme prévaut. En dépit de la baisse des marchés actions en mai, les membres du «Panel allocation» n’ont pas modifié leur stratégie. Pour le deuxième mois consécutif, le panel a conservé inchangé son allocation sur les deux principales classes d’actifs: actions (48%) et obligations (36%). Plus de la moitié des gestions n’ont pas du tout modifié leur portefeuille, et deux autres (ING IM et Schroders) n’ont opéré qu’un mouvement à la marge, en s’allégeant d’un point en actions au profit de l’obligataire. En revanche, CPR et UFG-LFP ont réduit leur exposition aux actions, respectivement de 5 et 7 points. Avec eux, désormais cinq gestions, soit 25% du panel, sous-pondèrent les actions. A contrario, BlackRock et AllianzGI Investments Europe se sont renforcés de 5% et 7% sur cette classe d’actifs.

Ces mouvements contraires semblent marquer l’hésitation des gérants avant la période estivale. Si les fondamentaux des entreprises demeurent solides et les perspectives bénéficiaires attrayantes, la croissance économique molle et les inquiétudes persistantes sur les dettes périphériques invitent à la prudence.Toutefois, nouveau venu dans le Panel, Aviva Investors se veut résolument optimiste, surpondérant tant les actions (57%) que les obligations (32%) par rapport à son portefeuille de référence.

Du côté du cash, les positions se renforcent légèrement de 7 à 9%, un niveau encore jamais atteint par le Panel. Ce constat doit néanmoins être tempéré. D’une part, leur position est toujours neutre par rapport à leur allocation de référence; d’autre part, Aviva Investors, bien que fortement sous-pondéré, affiche une position de 11% en monétaire.

Pour la première fois depuis l’été dernier, les gestions ne sont plus majoritairement à surpondérer sur les actifs alternatifs, signe que les matières premières ou que l’immobilier ne séduisent plus autant qu’auparavant.

Stabilité
ZOOM
Stabilité
Allocation mensuel Juin
ZOOM
Allocation mensuel Juin

A lire aussi