Jean-Claude Trichet maintient le cap

le 19/04/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans un entretien accordé au quotidien, le président de la BCE a réaffirmé qu’il «n’accepterait pas les effets de second tour» dans la zone euro, conformément à son mandat d’assurer «la stabilité des prix à moyen terme». Il a néanmoins reconnu que s’il «y a des signes ici et là qui ne vont pas dans la bonne direction», il ne voit «pour le moment, pas de signes alarmant d’effets de second tour». L’inflation en zone euro a atteint 2,7% en mars, et l’indice sous-jacent est passé de 1 à 1,3%. Jean-Claude Trichet a appelé les pays européens à «prendre les devants et toutes les mesures nécessaires» pour assurer la stabilité budgétaire.

A lire aussi