« Le niveau de parité des pouvoirs d’achat limitera à long terme la hausse de l'euro/dollar »

le 18/04/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Valérie Perez, responsable changes en France chez Deutsche Bank

L'Agefi: L’envolée de l’euro face au dollar, nourrie en grande partie par les différentiels de taux, peut-elle durer ?

Valérie Perez : Cette envolée est solide, d’une part parce que les divergences d’appréciation sont grandes entre les instituts d’émission: alors que la Fed encourage à ne pas s’enthousiasmer et remonter les taux trop tôt car la croissance sera décevante au 1er trimestre (inférieure à 3%), la BCE espère un taux de croissance plus robuste que prévu dans la zone euro au premier trimestre, et salue le mouvement de normalisation en cours sur les taux. Et d’autre part ce mouvement est nourri par des flux à long terme émanant de banques centrales poursuivant la diversification de leurs réserves, et par l'annonce du premier ministre chinois de vouloir acheter de la dette espagnole, ce qui éloigne le scénario de contagion de la crise périphérique du Portugal à l’Espagne.

Cependant, le niveau de parité des pouvoirs d’achat, qui établit le niveau d’«équilibre» autour de 1,25, jouera sur le plus long terme le rôle de force de rappel, et limitera l’appréciation de la monnaie unique.

Quel est votre scénario sur le dollar/yen pour ces six prochains mois ?

Nous notons que la corrélation de l’euro avec le dollar et le yen s’est récemment inversée: alors que le billet vert s’affaiblit face à la monnaie unique, il se renforce face à la devise japonaise, situation qui en général ne perdure pas. L’achat de titres étrangers par les investisseurs japonais se réduisant, et l’impact de l’intervention concertée sur le yen s’émoussant, nous anticipons une poursuite du renforcement du yen face au dollar, autour de 80 yens pour 1 dollar à 3 mois.

panel devises
ZOOM
panel devises

A lire aussi