Les fonds monétaires ont pesé sur les OPCVM français en mars

le 13/04/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors qu’elle s’était reprise en février, cette catégorie explique près des deux tiers des 14 milliards d'euros de retraits observés en mars

Les investisseurs se sont nettement détournés des fonds monétaires au mois de mars. Les 3,4 milliards d’euros de collecte positive enregistrés en février au sein du marché français de la gestion collective ont vite été effacés dès le mois suivant avec des retraits de 8,9 milliards, faisant ainsi refluer les encours du compartiment à 336 milliards, selon EuroPerformance - SIX Telekurs. Alors qu’ils avaient réussi à se maintenir à l’issue du mois de février, les encours ont fondu de 2,4% depuis le début de l’année à cause de la mauvaise performance de mars.

Les fonds obligataires, qui avait particulièrement souffert depuis le début de l’année, n’ont pas profité de ces sorties nettes avec une décollecte de 1 milliard d’euros, portant la baisse des encours dans cette catégorie à 4,8% sur les trois derniers mois.

Les autres segments ont néanmoins mieux résisté, à l’image des fonds actions. Bien qu’ils aient subi une collecte négative de 2,38 milliards d’euros en mars certainement due à la crise survenue au Japon le 11 mars dernier, les encours se sont maintenus depuis le début de l’année, enregistrant une baisse marginale de 0,2%. Sur ce segment, c’est la région Asie/Pacifique qui a le plus souffert avec une baisse des encours de 8,3% en un mois et de 15,7% sur le trimestre. Même tendance sur les fonds diversifiés dont les encours restent stables depuis fin décembre, malgré une décollecte de 1,3 milliard en mars.

En conséquence, les OPCVM monétaires expliquent plus de 63% des 14 milliards d'euros de retraits observés sur le marché français (hors fonds alternatifs, pour lesquels les données sont publiées avec un mois de décalage) au mois de mars. L’encours recule de 2,4% à 813,7 milliards d’euros.

collecte opcvm
ZOOM
collecte opcvm

A lire aussi