L'OCDE optimiste sur la croissance des grandes économies occidentales

le 06/04/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'organisation estime que la croissance devrait atteindre 3,1 % aux Etats-Unis, 3,7 % en Allemagne et 3,4 % en France au premier trimestre 2011

La reprise se confirme. C’est en tout cas ce que révèle la dernière étude sur les perspectives économiques des pays du G7 publiée hier par l'OCDE : «Les facteurs sous-jacents de la reprise économique semblent plus vigoureux que les anticipations des dernières projections, et ce dans la plupart des pays». La croissance des économies du G7 (hors Japon) pourrait atteindre un taux annualisé de 2,5% au cours du premier semestre de l’année, tirée par la «bonne santé» des entreprises non financières qui soutiendra l’investissement privé.

Cette croissance devrait néanmoins cohabiter avec un taux de chômage de la zone OCDE qui reste de 2 points supérieur à son niveau du début de crise. Concernant les craintes inflationnistes, si l’étude constate une remontée significative de l’indice global, elle estime néanmoins que «l’inflation sous-jacente est restée faible, reflétant de larges excédents de capacités qui subsistent sur le marché du travail et les marchés des produits». L’OCDE insiste en outre sur la nécessité de poursuivre des politiques d’assainissement budgétaire pour accompagner la reprise.

L’amélioration de la situation masque cependant des disparités géographiques. Dans le peloton de tête: les Etats-Unis, l’Allemagne et la France. La croissance annualisée devrait enregistrer des niveaux supérieurs à leur potentiel outre-Atlantique, de 3,1% au premier trimestre et de 3,4% au deuxième. Et l’activité en l’Allemagne de bondir de 3,7% au premier trimestre avant de ralentir à 2,3% au deuxième. La croissance française devrait également profiter d’un contexte international porteur avec une croissance de respectivement 3,4% et 2,8% aux deux premiers trimestres de cette année.

L’Italie, elle, devrait conserver une croissance atone légèrement supérieure à 1% (1,1% et 1,3%). La situation au Royaume-Uni devrait être nettement plus volatile, avec un net rebond de la croissance au premier trimestre de 3%, avant un ralentissement sensible à seulement 1% au deuxième trimestre.

A noter que l’étude n’inclut pas le Japon dans ses prévisions compte tenu de la difficulté de mesurer avec précision les implications du tremblement de terre et du tsunami sur sa croissance économique. L’OCDE estime néanmoins qu’ils devraient amputer la croissance nippone de 0,2 à 0,6 point de pourcentage du PIB au premier trimestre et de 0,5 à 1,4 point au second trimestre.

A lire aussi