S&P croit à un recours de Lisbonne au FESF

le 30/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'agence a déclassé le Portugal de « BBB » à « BBB- » ainsi que la Grèce de « BB+ » à « BB- » et les a placés sous perspective négative

La

La dynamique de dégradation des notes des pays périphériques suit son cours. Persuadée que la Grèce et le Portugal devront probablement avoir recours au Fonds européen de stabilité financière (FESF) et puis au Mécanisme de stabilisation (MES) pour financer leurs besoins considérables, S&P a déclassé le souverain hellénique de deux crans de «BB+» à «BB-» et le souverain portugais d’un cran de «BBB» à «BBB-» en les plaçant tous les deux sous perspective «négative». L'agence a estimé que les termes selon lesquels les Etats européens peuvent emprunter auprès du MES se feront au détriment des créanciers commerciaux des deux pays.

Une décision qui n’arrange pas le Portugal, dont le PIB 2011 est désormais attendu en baisse de 1,4% par la Banque centrale du Portugal, contre une précédente estimation de -1,3%. S&P met davantage sous tension le souverain qui, malgré la démission de son Premier ministre José Socrates, a toujours l'intention de lever de la dette sur les marchés malgré des taux prohibitifs. Suite à la dégradation, les taux courts se sont tendus entre 16 et 31 pb, ceux à 5 ans atteignant les 8,93% contre 7,99% pour les rendements à 10 ans.

Alors qu’il devra faire face en avril à 4,3 milliards d’euros de remboursements de dette, l’Etat portugais a réussi - à un coût certes onéreux - à réaliser une bonne partie de son programme d’émissions de dette à moyen long terme. Selon Natixis, Lisbonne a placé 8,3 milliards d’euros sur 10,2 milliards prévus au premier trimestre. Ce montant représente 42% des 19,9 milliards attendus en 2011. Un point rassurant, le pays étant en avance par rapport à la Finlande et la Belgique qui présentent des taux d’avancement de 39% et 37%, contre 29% pour l’Italie et l’Espagne et 27% pour l’Allemagne.

programme d'émissions Portugal
ZOOM
programme d'émissions Portugal

A lire aussi