Le RSI se targue d’assurer son financement des retraites jusqu’en 2050

le 03/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Régime social des indépendants dispose de près de 11 milliards d’euros de réserves, dont 19 gérants externes se partagent 60 %

Le Régime social des indépendants (RSI) affiche des objectifs bien enviables dans le cadre de sa gestion des retraites complémentaires obligatoires sous sa responsabilité, celles des artisans et commerçants. Les réserves proches de 11 milliards d’euros, soit plus de sept années de prestations, devraient selon le dispositif actuel culminer entre 2022 et 2024 à la lisière des 12 milliards. Avant de fondre graduellement jusqu’à l’échéance fatidique de 2050.

Cette évolution reste théorique, comme le souligne le directeur des études et des placements François Lenormand, du fait des évolutions structurelles décidées par le conseil d’administration tous les six ans et qui ont pour objet de «retarder l’échéance». Il indique que déjà la réforme des retraites entérinée l’an passé a permis de décaler le curseur de 6 à 7 ans. Sachant que l’excédent technique (surplus des cotisations sur les prestations) reste aujourd’hui confortable. Il a évolué entre 2,95% (en 2009) et 6,55% (en 2007) au titre des quatre exercices écoulés.

Le RSI insiste sur le rôle primordial de commissions financières réunissant experts et administrateurs, «au cœur» de la gestion des placements depuis la création du RSI en 2006. Elles sont notamment chargées de la définition d’une allocation stratégique de moyen terme, avec un horizon de trois ans, ainsi que des marges de fluctuation permettant la mise en œuvre de l’allocation tactique par une équipe de gestion interne dédiée. De l’aveu des responsables du RSI, c’est bien l’allocation stratégique qui historiquement reste le principal moteur de la performance, bonne ou mauvaise.

Le portefeuille de placements du RSI se compose aujourd’hui de 45% d’obligations, de 30% d’actions, de 14% de produits monétaires et de 11% d’actifs immobiliers. La gestion alternative reste une «piste pour une gestion réellement satellitaire» selon le directeur des placements financiers Jean-Luc Vitré. La gestion est déléguée à hauteur de 60% environ, la gestion directe étant essentiellement composée de produits de taux et d’immobilier. 19 gérants externes, parmi lesquels les plus grands noms de la place, se partagent la manne, au travers de 22 fonds dédiés et 11 fonds ouverts purs. La performance financière issue de ce «modèle efficace pour le financement pérenne des retraites» s’est élevée à 7,76% en 2009 et à 5,02% l’an passé.

A lire aussi