Les marchés d'actions émergents subissent une hausse de leur prime de risque

le 15/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Retournement ou simple inflexion ? Beaucoup d'investisseurs exigent une prime plus élevée et prennent leurs bénéfices

Depuis 2007, la différence de fondamentaux économiques entre pays émergents et développés ainsi que la bonne résistance des systèmes bancaires émergents à la crise financière, ont contribué à la réduction de la prime de risque des pays en développement. Ces derniers ayant connu des mouvements de capitaux massifs depuis 2009, la prime de risque s'est même inversée : les multiples de valorisation émergents sont désormais supérieurs à ceux de beaucoup de marchés développés, ce qui semble indiquer que le risque perçu chez les premiers est inférieur à celui attribué aux seconds.

Toutefois, dans le courant de l'année 2010, la forte demande interne, les investissements directs étrangers et les mouvements de capitaux spéculatifs - qui ont contribué à doper les cours des matières premières - ont entraîné des tensions inflationnistes de plus en plus criantes et des resserrements des politiques monétaires dans de nombreux pays émergents. Face à ce mouvement généralisé, beaucoup d'investisseurs ont décidé de prendre une partie de leurs bénéfices et d'exiger une prime de risque plus élevée (autrement dit des multiples de valorisation moindres). En termes de flux, les récents arbitrages au profit des marchés européen et américain semblent pour le moment se confirmer. Les investisseurs jugent que certains marchés développés intègrent déjà une prime de risque très élevée : c'est notamment le cas pour les marchés de la zone euro, dont les valorisations ont été pénalisées par la montée du risque souverain.

Pourquoi en effet ne pas s'intéresser aux valeurs européennes ou américaines décotées, d'autant que certaines grandes entreprises bénéficient également de la forte traction des économies émergentes ? L'avenir dira si le mouvement récent constitue un véritable retournement ou une simple inflexion.

mustapha.bouheraoua@schroders.com

marchés émergents / actions européennes
ZOOM
marchés émergents / actions européennes

A lire aussi