Les gérants spécialisés européens ont damé le pion des grands réseaux en 2010

le 07/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Carmignac Gestion notamment est à l’honneur. Les grosses gestions françaises exposées au monétaire ont le plus souffert

David a terrassé Goliath. Tel est le résultat du combat remporté l’an passé dans le secteur de la gestion d’actifs en Europe par les «gérants indépendants spécialisés» au détriment des «grands réseaux généralistes», selon l’étude annuelle réalisée par Morningstar. Celle-ci porte uniquement sur la collecte des fonds ouverts l’an passé (4.447 milliards d’euros d’actifs au 31 décembre dernier), hors mandats.

La société d’études qualifie 2010 d’«année blanche», avec une collecte d’ensemble négative de 1,3 milliard d’euros. La désaffection vis-à-vis du monétaire (décollecte de 151,6 milliards) a été compensée par le succès des «actifs risqués» (92,6 et 28,9 milliards pour les catégories obligataire et actions notamment). Comme le souligne Morningstar, cette évolution correspond à une amélioration du «mix produit», vers des produits plus rémunérateurs pour les gérants.

Mais ce panorama masque des profondes disparités entre acteurs de la gestion. Alors que trois gérants selon l’étude «arrivent en force» (Franklin Templeton, Pimco, Carmignac), trois autres «souffrent» (JPMorgan, BNP Paribas, Natixis). Dans l’ensemble, l’étude constate une «mutation» vers un «véritable marché européen», qui bénéficie aux acteurs anglo-saxons mieux armés en gammes luxembourgeoises ou irlandaises au détriment d’une gestion française qui reste «très exposée» aux fonds monétaires. Natixis et BNP Paribas ont ainsi subi une décollecte de 18 et 13% de leurs actifs dans cette dernière catégorie en 2010.

Surtout, le salut est venu d’une offre de gestion «à valeur ajoutée». Trois acteurs français spécialistes de la sélection de petites et moyennes valeurs (stock-picking), Oddo AM, Financière de l’Echiquier et Mandarine Gestion, se sont par exemple distingués sur les fonds actions Europe (le Vieux Continent ayant souffert de l’attrait pour les marchés émergents) en affichant une collecte positive. Carmignac Gestion ressort également comme le grand gagnant, s’octroyant notamment la première place européenne en collecte tant sur les fonds diversifiés que sur les actions internationales.

Ce dynamisme des «spécialistes» va de pair avec la poursuite de l’essor parallèle des fonds indiciels cotés (ETF). Leur encours atteint 229 milliards d’euros fin 2010 (dont 36,7% pour iShares) après une collecte nette de 36,5 milliards l’an passé.

A lire aussi