Le CFA Institute appelle à une concurrence équitable entre acteurs du trading

le 25/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’association souhaite que soit réalisé un plus grand nombre de transactions sur des marchés organisés

Alors que Bruxelles a jusqu’au 2 février pour recueillir les contributions du public sur la manière de réviser la directive Marchés d'instruments financiers (MIF), le CFA Institute, a publié hier ses recommandations. L’Association internationale des professionnels de l’investissement appelle à une concurrence équitable entre acteurs du trading. Les plates-formes effectuant des activités similaires au niveau européen, avec des «ordres de type ou de volume comparables», ne sont pas toutes soumises aux mêmes règles, ce qui ouvre la porte à la possibilité d’un arbitrage réglementaire et empêche les investisseurs d'accéder aux meilleurs prix sur le marché, estime-t-elle.

La limitation des dérogations en faveur de certains acteurs, comme les systèmes d’appariements d’ordres internes, les internalisateurs systématiques et les dark pools (bassins de liquidités opaques) non réglementés étant au cœur de la révision de la MIF, l’institut propose que soit réalisé un plus grand nombre de transactions sur des marchés transparents et organisés pour enrayer le «glissement» vers les transactions de gré à gré (OTC) et les dark pools. Selon l’institut, en octobre 2010, le trading opaque (OTC, MTF opaques, ordres publiés via des bourses mais non présents dans leur carnet d’ordres) représentait 48,5% de l’activité sur actions en Europe. Jugeant l’activité OTC acceptable pour les transactions de taille large et non standard, le CFA Institute note qu’il y a peu d’intérêt économique à ce que le flux d’ordres standards soit exécuté via les canaux de l’OTC.

Afin de protéger les ordres de taille importante des coûts liés à l’impact de marché, ceux-ci sont exemptés de transparence pré-marché via des seuils de dérogation dits de grande échelle (large-in-scale). L'institut appelle à les maintenir car leur réduction se traduirait par une proportion accrue des transactions opaques, l'écart entre les tailles des grands ordres et des ordres moyens s'étant creusé depuis la mise en place de la MIF. De plus, le rapport relève une corrélation entre les niveaux de transparence élevés et la faiblesse et la stabilité des fourchettes de cotation. Des spreads stables permettent aux investisseurs de maintenir les coûts de négociation à un niveau peu élevé.

Coté post-marché, le CFA Institute défend l'idée d'introduire un système de collecte général des données de marché (consolidated tape).

A lire aussi