La BCE appelle à muscler la Facilité européenne de stabilité

le 14/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'annonce intervient alors que le Trésor espagnol a placé hier 3 milliards de dette à 5 ans, contre 6 milliards à 5 et 15 ans pour l'Italie

Jean-Claude Trichet, remarqué hier pour ses propos sur l'inflation, l'est aussi sur les tensions en zone euro. Le président de la BCE a appelé à «un renforcement quantitatif et qualitatif» de la Facilité européenne de stabilisation financière (EFSF), jugeant cette évolution «urgente». Il a aussi maintenu sa pression sur les Etats souverains, et notamment le Portugal, dont les banques restent très dépendantes du financement BCE. «Vu la vulnérabilité actuelle aux réactions négatives des marchés, les pays doivent faire tout leur possible pour remplir leurs objectifs en matière de déficit et placer les dettes publiques et les ratios par rapport au PIB sur une trajectoire descendante», a estimé Jean-Claude Trichet.

Le succès de l’émission de dette du Portugal mercredi a cependant rendu la vie facile à l’Espagne et l’Italie, qui ont réussi à placer hier un total de 9 milliards d’euros. La demande est restée solide pour les 3 milliards d’euros de dette à 5 ans émis par le Trésor espagnol. La demande a atteint les 6,3 milliards faisant ressortir le ratio de couverture (montant demandé sur montant alloué) à 2,1 fois, contre 1,6 fois à l’issue de la précédente adjudication en novembre. Encore élevé, le rendement s’est établi à 4,54% en hausse de quasiment 100 pb du coût de financement par rapport à novembre (3,57%). Pour autant, il se situe 8 pb en dessous du niveau attendu.

Moins en difficulté que le Portugal et l’Espagne, l’Italie continue de marquer sa différence. Le souverain transalpin a placé 3 milliards de dette d’échéance novembre 2015 et 3 milliards d’échéance mars 2026. La demande est restée inchangée. Les ratios de couverture respectifs se sont établis à 1,41 et 1,42 fois, contre 1,41 et 1,3 début novembre. Surtout, le rendement offert sur la dette italienne à 5 ans est ressorti à 3,67%, soit 87 pb de moins que celle espagnole. Celle à 15 ans a été offerte à un taux de 5,06%. Pour autant, comme à la fin décembre, l'Italie n’est plus imperméable aux déboires des autres périphériques. Hier, le pays a dû consentir une prime de 43 et 25 pb par rapport aux adjudications de novembre.

Alors que la première vague d’émissions de dette souveraine s'est bien passée, les investisseurs devront absorber la semaine prochaine des adjudications de Bons du Trésor du Portugal et de l’Espagne. Ce dernier compte aussi syndiquer une nouvelle dette à 10 ans ces prochaines semaines.

A lire aussi