Groupama AM trouve au FRR son directeur des gestions

le 13/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Antoine de Salins, qui remplace Romain Boscher, aura notamment pour mission d'accroître les positions du groupe à l'international

A 51 ans, Antoine de Salins passe au privé. Après avoir largement contribué depuis 2003 à mettre en ordre de marche le Fonds de réserve pour les retraites (FRR), dont il présidait le comité de sélection des gérants, cet ancien du Trésor prendra le 7 février prochain la direction des gestions de Groupama AM. A la tête d’une équipe de recherche et de gestion de 90 personnes, il remplacera Romain Boscher, en partance pour Amundi au poste nouvellement créé de responsable mondial des actions.

«Antoine de Salins a fait du FRR un organisme reconnu pour son professionnalisme, et qui a fait avancer la Place de Paris, explique Francis Ailhaud, le directeur général de Groupama AM. Il nous apporte sa parfaite connaissance du milieu de la gestion et des problématiques des fonds souverains».

Le choix d’Antoine de Salins n’est guère surprenant. La réforme des retraites, en adossant le FRR à la Caisse d’amortissement de la dette sociale, vide en partie le Fonds de sa substance. Désormais nanti d’un passif, ce dernier devra décaisser chaque année 2,1 milliards d’euros entre 2011 et 2024. Le FRR devrait dévoiler dans les prochaines semaines sa nouvelle stratégie de placement, qui s’est déjà traduite par des modifications sensibles dans ses appels d’offres (L’Agefi Quotidien du 10 janvier). Associé à l’aventure depuis les premiers pas du Fonds de réserve, Antoine de Salins pouvait légitimement chercher à voir ailleurs.

L’énarque est, au passage, le quatrième directeur des gestions que Groupama AM connaît en cinq ans. Appelé par Amundi, Romain Boscher sera resté à peine plus d’un an en poste, même s’il cumulait dix ans d’expérience dans l’entreprise. Son prédécesseur, Roland Lescure, avait cédé en 2009 aux sirènes de la Caisse des dépôts du Québec, après avoir pris en 2006 la suite de Vincent Zeller. Il faut croire que la filiale de gestion de l’assureur mutualiste, sortie de la crise en meilleure forme que certains de ses concurrents, constitue une belle carte de visite.

Egalement directeur général adjoint, Antoine de Salins aura notamment pour mission d’accroître les positions de Groupama AM à l’international et auprès de la clientèle non institutionnelle (les plateformes de distribution, par exemple). La clientèle étrangère représente aujourd’hui 10% des encours gérés du groupe, qui atteignaient 92,3 milliards d’euros à fin novembre 2010, contre 88,8 milliards fin 2009.

A lire aussi