L'Espagne lance son programme de titrisation des déficits d'électricité

le 12/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Son fonds d’amortissement du déficit d’électricité (FADE) a placé 2 milliards d’euros de titres de maturité 3 ans et de coupon 4,8 %

Alors que les craintes sur le Portugal s'exacerbent, les conditions de marché se sont améliorées pour l’Espagne. Le souverain a réussi à placer hier, via son Fonds d’amortissement du déficit d’électricité (FADE), 2 milliards d’euros de tranches de titrisation de maturité 3 ans et de coupon 4,8 % adossée à des créances que détiennent les sociétés du secteur de l’énergie sur l’Etat. La première d’un vaste programme de 22 milliards d’euros. En novembre, la volatilité des marchés avait contraint l’Etat membre à reporter l’émission inaugurale à la dernière minute.

Le livre d’ordres ouvert par BBVA, BNP Paribas, Crédit Agricole CIB, Deutsche Bank, Goldman Sachs et Banco Santander a atteint 2,5 milliards d’euros, soit un ratio de couverture de 1,25 fois. Après les émissions d’obligations sécurisées de BBVA et Santander, la sortie du titre du FADE, garanti par l’Etat, peut être vu de deux façons: les signatures espagnoles de qualité parviennent à placer leur papier, mais à des rendements très élevés. La tranche notée AA est ressortie à un spread de 386 pb par rapport au Bund, et 290 pb sur taux mid-swaps (partie basse de la fourchette indicative), contre 225 pb pour le covered bond à 3 ans de BBVA noté AAA. Selon un banquier, les restrictions de portefeuille d’ordre géographique et en défaveur des émissions garanties des pays périphériques se sont traduites par un moindre appétit des investisseurs institutionnels traditionnels français.

Les produits des titres émis permettront aux sociétés d’énergie, comme Endesa, Iberdrola et Gas Natural de monétiser le déficit tarifaire du secteur jusqu’en 2013, c'est-à-dire la différence entre les tarifs réglementés et les coûts réels de production. Elles récupéreront rapidement de la trésorerie plutôt que d’attendre que l’Etat honore sa garantie. Les créances au bilan des groupes énergétiques atteignent 14,6 milliards d’euros.

Suite au relèvement par Madrid de 4 milliards d’euros des limites maximales du déficit tarifaire pour 2010, 2011 et 2012, celui-ci est passé de 18 à 22 milliards d’euros et bénéficie de la garantie de l’Etat. En application d’un décret royal du 23 décembre 2010, le gouvernement espagnol, noté AA et sous perspective négative chez S&P, a augmenté le montant garanti, de 13,5 milliards, à 22 milliards. Une décision qui n’a pas d’impact sur la note AA du FADE attribuée par S&P.

titrisation
ZOOM
titrisation

A lire aussi