La Chine recourt à des hausses de taux pour endiguer l'inflation

le 27/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque centrale a une nouvelle fois relevé ses taux d'intérêt et compte jouer sur le montant des réserves obligatoires des banques

Pour la deuxième fois depuis octobre, la banque centrale chinoise (PBoC) a utilisé l'arme des taux d'intérêt pour combattre l'inflation et éviter la formation de bulles. Elle a annoncé samedi le relèvement de 25 points de base du taux directeur (à 5,81%) et du taux directeur sur les dépôts à un an (à 2,75%). Une décision entrée en vigueur hier.

Alors que la plupart des investisseurs s'accordaient à penser que la Chine allait bientôt resserrer sa politique monétaire, des incertitudes demeuraient sur le calendrier de ces mesures. Un sondage Reuters publié il y a deux semaines prévoyait une augmentation de 25 points de base d'ici à la fin de l'année –un scénario devenu réalité– et deux nouvelles appréciations en 2011.

«Je pense que nous pouvons garder les prix à un niveau raisonnable grâce à nos efforts», a assuré hier le Premier ministre Wen Jiabao dans une allocution radiodiffusée. Hu Xiaolian, qui fait partie des vice-gouverneurs de la Banque centrale, avait souligné avant l'annonce du relèvement que la politique monétaire de la deuxième économie mondiale devait être prudente afin de pouvoir endiguer l'inflation. Celle-ci a touché un plus haut de 28 mois à 5,1% en novembre en raison de l'envolée des prix alimentaires, l'inflation sous-jacente restant pour sa part très contenue.

«L'objectif principal de notre politique monétaire l'année prochaine est de ramener la masse monétaire à un niveau normal», a déclaré la dirigeante lors d'une rencontre avec des banquiers. «L'expansion du crédit bancaire doit s'adapter avec les principaux objectifs économiques, notamment les objectifs de croissance économique et d'inflation.»

Pour atteindre ces objectifs, la PBoC va continuer de jouer sur les taux d'intérêt, le montant des réserves obligatoires des banques et les opérations de refinancement. Hu Xiaolian a annoncé que l'institution allait intensifier sa politique de hausse sélective du coefficient des réserves obligatoires pour certaines banques chinoises, comme elle l'a déjà fait à six reprises au cours de cette année. Ce coefficient a atteint un niveau record de 19% pour certains des plus grands établissements du pays. Un effort va également être dirigé vers l'immobilier. Wen Jiabao a fait part de la volonté publique de limiter la spéculation sur ce marché, principalement via des mesures de politique monétaire et un contrôle plus strict de la propriété.

A lire aussi