Moody's comble son retard sur l'Irlande en baissant sa note de cinq crans

le 20/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors que l'agence a déclassé le pays périphérique à « Baa1 » et mis sous perspective « négative » sa note, FMI et banques centrales organisent leur aide

Depuis l’annonce du plan d’aide international de 85 milliards d’euros à l’Irlande, la qualité de crédit du pays n’a cessé de se détériorer. Après les décisions négatives de S&P fin novembre et Fitch début décembre, Moody’s a baissé, vendredi, la note du souverain. Et elle n’y est pas allée de main morte, la dégradation atteignant cinq crans, de «Aa2» à «Baa1».

Moody’s invoque la cristallisation des passifs bancaires contingents, les incertitudes autour de l’environnement économique et la dégradation des finances publiques. Pour justifier la perspective «négative» de la notel’agence n’écarte pas le risque que la santé financière du gouvernement s’effrite encore en cas de croissance décevante ou de coûts de stabilisation du système bancaire plus élevés qu’estimé. Alors que le plan d'aide approuvé par le Parlement irlandais prévoit 35 milliards d'injections de capital dans les banques, le FMI a débloqué jeudi un prêt de 22,5 milliards tout en estimant que l'Irlande manquera l'objectif de déficit de 3% en 2015. Par ailleurs, vendredi, la BCE et la BoE ont conclu un swap de 10 milliards de livres contre de l'euro pour répondre aux besoins éventuels de financement en sterling des banques irlandaises. La BCE, qui s'inquiète en outre de l'impact du plan irlandais sur ses droits aux collatéraux en échange de liquidités.

«L’impact de marché est désormais moins sévère vu que l’Irlande est sous le mécanisme de financement FMI/EFSF/EFSM, précise BNP Paribas. La dégradation de plusieurs crans a été intégrée depuis un long moment». Les taux à 10 ans irlandais se sont tendus de 12 pb à 8,205%. L'agence avait déjà évoqué une possible dégradation de plusieurs crans au sein de la catégorie «investissement». Dès lors, BNP Paribas voit «S&P s’aligner sur les deux autres agences à l’extrémité inférieure de la catégorie 'investissement'». Le 23 novembre, S&P a déclassé l’Irlande de seulement deux crans de «AA-» à «A». Le 9 décembre, Fitch a rétrogradé de trois crans de «A» à «BBB+».

«Après ces corrections sur l’Irlande, l’Espagne est à présent le pays qui semble le plus surnoté selon nos modèles», ajoute BNP Paribas. L’Espagne est notée «Aa1» par Moody’s, soit trois et six crans au-dessus du Portugal (A1) et de l’Irlande (Baa1). Les taux à 10 ans espagnols se traitaient vendredi à 5,84%, soit 78 et 272 pb plus bas que ceux portugais et irlandais. Toute dégradation surprise des notes de l’Espagne, qui devra refinancer 170 milliards en 2011, renchérirait violemment son coût de financement.

A lire aussi