Les fonds obligataires américains subissent une forte décollecte

le 15/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’amélioration de la conjoncture et la relance budgétaire aux Etats-Unis rendent les actions plus attractives

Les investisseurs sont-ils déjà en train de se positionner pour profiter d’une prochaine reprise ? En tout cas, ils allègent leur exposition au marché obligataire pour revenir sur les actions, d’après les dernières données du cabinet de conseil EPFR. Les fonds obligataires (crédit et dette souveraine) recensés par EPFR, qui affichent 1.560 milliards de dollars d’encours, ont enregistré une décollecte hebdomadaire moyenne de 870 millions de dollars sur les quatre dernières semaines.

Les véhicules spécialisés dans les obligations américaines ont été particulièrement désertés par les investisseurs. Alors que leur collecte était positive depuis janvier 2009, elle a ralenti depuis quelques mois puis des retraits ont été enregistrés sur trois des quatre dernières semaines. La décollecte a atteint près d’un milliard de dollars du 2 au 8 décembre. «La dynamique de sortie sur les fonds obligations américaines devrait continuer pendant un certain temps», avancent les stratégistes de Deutsche Bank. Les fonds sur les obligations high yield et les fonds obligations internationales sont aussi en perte de vitesse.

Les perspectives d’amélioration de la conjoncture économique auxquelles s’ajoute le vaste plan de relance budgétaire annoncé par Barack Obama expliquent cette défiance vis-à-vis des obligations américaines.

Les fonds actions en profitent. Les véhicules dédiés à cette classe d’actifs ont reçu pas moins de 13,7 milliards de dollars d’engagements nouveaux sur les cinq jours ouvrés allant jusqu’au 8 décembre. Les fonds actions américaines et les fonds actions émergentes ont bénéficié de souscriptions représentant 0,4% de leurs encours. Malgré une très légère collecte sur la dernière semaine étudiée par EPFR, les véhicules spécialisés dans les actions en Europe occidentale ont subi des retraits de 267 millions de dollars en moyenne hebdomadaire sur le dernier mois, ce qui «reflète probablement l’incertitude autour des pays périphériques», avancent les stratégistes de Deutsche Bank.

Dans l’ensemble, les investisseurs restent encore assez prudents sur les marchés car, plus encore que les actions, les grands gagnants des retraits sur les fonds obligataires sont les fonds monétaires. Leur collecte hebdomadaire a atteint son plus haut niveau de plus de cinq mois, à 32,5 milliards de dollars.

A lire aussi