Les anciens dirigeants de RBS Sempra ciblent le marché des matières premières

le 22/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société d'investissement américaine Stone Point Capital alimentera l'activité avec plusieurs centaines de millions de dollars d’actifs

Les intervenants se bousculent pour se partager les parts du copieux marché de la gestion sur les matières premières, laissé vacant par les banques. Après le rapprochement malheureux de Sempra commodities et de RBS en 2008, les anciens fondateurs de la société de gestion ont décidé de s’allier à la société de private equity américaine Stone Point Capital pour monter une activité de gestion sur le segment des matières premières.

David Messer, ancien directeur général de RBS Sempra, Frank Gallipoli, son ancien président et Robert Feilbogen, son ancien directeur général adjoint, dirigeront la nouvelle structure nommée Freepoint Commodities, qui devrait être lancée au premier trimestre 2011. Si les dirigeants vont s'engager financièrement dans la nouvelle société, Stone Point Capital devrait apporter plusieurs centaines de millions de dollars supplémentaires, selon son directeur, Chuck Davis. Freepoint Commodities concentrera son activité sur les matières premières physiques et non dérivés, contrairement à nombre d'autres sociétés de gestion. L’activité démarrera en Amérique du Nord mais David Messer espère rapidement s’ouvrir aux opportunités que recèlent les marchés émergents.

Les nouvelles règles (Volcker) restreignant les activités de trading pour compte propre des banques ne sont pas étrangères à la multiplication récente de ce type d’initiatives qui traduisent un mouvement important de recentrage des activités de gestion vers le secteur non régulé. En septembre dernier, le responsable du trading matières premières de Credit Suisse avait reçu le soutien de Blackstone pour monter une opération similaire. «En tant que gestionnaire privé de matières premières, nous pouvons offrir aux clients des opportunités d’investissement qu’il est difficile de trouver dans des institutions financières de nos jours » estime David Messer dans le Financial Times.

La hausse du prix des matières premières a incité les producteurs et les consommateurs de ce type de biens à se tourner vers les sociétés de gestion dans le but de verrouiller les prix et mieux contrôler les coûts. Chuck Davis dit croire que «compte tenu de la volatilité des changes et des événements économiques internationaux, la spécialisation dans le marché des matières premières devrait s’avérer très rentable dans les prochaines années».

A lire aussi