L'appétit pour le marché du crédit se tempère

le 16/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Tandis que l'indice iTraxx Crossover s'est tendu de 26 pb la semaine passée, Doux SA a dû reporter une émission de 400 millions d'euros

A la suite de l’exacerbation des craintes sur les comptes publics grecs, irlandais et portugais, le marché de crédit vient de connaître un petit regain de prudence. Tandis qu'il avait connu une décrue progressive depuis son pic de 523 points de base le 23 septembre dernier, l'indice de dérivés de crédit iTraxx Crossover, qui suit les contrats de protection contre le risque de défaut (CDS) des signatures à risque élevé en Europe, s’est creusé de 26 pb, à 456 pb, entre le 5 et le 15 novembre. Les investisseurs sur le marché du crédit semblent être désormais un peu plus sélectifs dans leurs choix.

Alors que les émissions de dette corporate ont touché leur plus bas niveau depuis le mois d’août à l’issue de la semaine close le 12 novembre avec un volume d’émissions de 4,8 milliards d’euros, la société Doux SA, confronté à des conditions de marché défavorables, a été contrainte de reporter, selon des sources de marché, sa première émission obligataire. Celle-ci devait porter sur un montant de 400 millions d’euros à 7 ans et était destinée à refinancer de la dette. Le dossier du producteur de poulets est compliqué. Doux SA a eu des difficultés à répercuter la hausse du prix des grains à tous ses distributeurs et a vu ses coûts s'alourdir. Le fait que la société ne soit pas notée par les agences n’a pas arrangé son cas qui reste à part.

En revanche, l’expert allemand des procédés d’automatisation industrielle, Kuka,dans le cadre du refinancement d’une obligation convertible et du réaménagement de ses dispositifs avec ses banques de financement, a placé avec succès une dette à rendement élevé aux investisseurs institutionnels et privés en Allemagne et ailleurs en Europe pour un montant de 202 millions avec une maturité à 2017 et un coupon de 8,75%.

Néanmoins, le contexte actuel laisse toujours espérer des émissions de taille. Tandis qu’Accor et HSBC avaient animé le marché primaire avec des émissions d’un milliard d’euros la semaine dernière, la société de téléphonie mobile italienne Wind s'apprête à lever 3,2 milliards d’euros (2,5 milliards d’euros plus 1 milliard de dollars) pour refinancer sa dette alors que sa maison mère est en phase de fusion avec VimpelCom Ltd. France Telecom et Danone sont également attendus sur le marché cette semaine.

A lire aussi