Le Trésor américain marque une pause dans la réduction de ses émissions

le 04/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les emprunts nets sont fixés à 362 milliards de dollars pour le dernier trimestre. L'incertitude sur les rentrées fiscales reste présente

Les Etats-Unis ont réduit leur programme d’émissions pour le dernier trimestre, mais vont marquer une pause dans ce mouvement. Le Trésor américain a annoncé lundi prévoir 362 milliards de dollars d'emprunts nets sur la période, contre 380 milliards le trimestre précédent. D’après les minutes de son comité publiées hier, le déficit budgétaire s’inscrit en 2010 à 1.294 milliards, contre 1.450 milliards estimé. Une amélioration nourrie par une hausse des revenus fiscaux. L’administration prévoit de placer 72 milliards de dette long terme la semaine prochaine: 32 milliards à 3 ans, 24 milliards à 10 ans et 16 milliards à 30 ans. En août, elle a levé 74 milliards dont 34 milliards à 3 ans.

Mais selon le Trésor, l'incertitude entourant à la fois la politique fiscale après les élections de mi-mandat et les perspectives de croissance économique, l'incite à «stabiliser la taille nominale des adjudications pour les prochains mois». Des réductions des montants offerts au marché pourraient néanmoins prendre place en 2011. D’ailleurs, les primary dealers voient le déficit américain en baisse à 1.214 milliards en 2011, à 1.023 milliards en 2012 et à 906 milliards en 2013.

Alors que la durée de vie des émissions du Trésor a tendance à s’accroître, certains membre s'inquiètent de voir la Fed et le Trésor poursuivre des buts contradictoires, «vu que ce dernier étend la maturité moyenne de son portefeuille tandis que la Fed devrait racheter des titres long terme». Plusieurs membres ont rappelé que les deux institutions avaient deux mandats différents, le rôle du Trésor étant d'offrir un coût d’emprunt le plus bas en faisant abstraction de la politique de la Fed. Certains ont noté que la Fed était un «gros investisseur» en Treasuries mais que son attitude actuelle était «temporaire».

Le second tour d'assouplissement quantitatif annoncé hier pourrait faire baisser les rendements et aplatir la courbe des taux sur le secteur 5-10 ans. En revanche, les anticipations inflationnistes nourrissent la demande pour les adjudications de Treasuries indexées sur l’inflation (TIPS), dont la dernière a fait apparaître des rendements réels négatifs. Pour améliorer la liquidité de ce marché, le Trésor procédera à des offres supplémentaires de TIPS à 5 et 30 ans. Au total, plus de 100 milliards de titres indexés devraient être adjugés dans le programme 2011.

A lire aussi