Le « Panel Allocation » confirme sa confiance dans les actions

le 02/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Signe de cet optimisme, les gestions sous-pondèrent leur part de cash, qui ne représente plus que 3 % de leur portefeuille

Dans un contexte de faible rendement des emprunts d’Etat, mais aussi des entreprises des secteurs plus défensifs, les actions demeurent une classe d’actifs très attrayante. Les membres du Panel Allocation en semblent largement convaincus. Pour le troisième mois consécutif, les gestions se sont renforcées en actions. Elles y consacrent désormais 47% de leur portefeuille soit un retour sur le niveau de juin dernier.

Hormis Dexia AM, ING IM, La Banque Postale AM, Natixis AM qui conserve leur allocation en actions du mois dernier, et Groupama AM qui s’allège de 19 point à 33%, tous les participants se sont renforcés en actions. Avec en tête Robeco (+10 points à 65%), et Aberdeen, Allianz GI Investments Europe, et UFG-LFP (+5 points, à respectivement 35%, 50% et 40%). Cette position légèrement plus risquée des panélistes est confirmée par leur surpondération en action par rapport à leur propre benchmark, contre une simple neutralité depuis le début de l’été.

L’évolution boursière de ces derniers mois tend à confirmer la stratégie des panélistes. Si l’EuroStoxx 50 a très légèrement reculé la semaine dernière, il rebondit de près de 10% depuis son point bas de la fin août. Les résultats du troisième trimestre de bonne facture et le relèvement annoncé par plusieurs sociétés des objectifs de résultats 2010 invitent également à l’optimisme.

Cette confiance se lit dans l’allocation du Panel, avec pour le quatrième mois consécutif une réduction du niveau de cash, à 3%, l’un des plus faibles niveaux enregistrés. Le plus bas, 2%, a été touché en septembre 2009. Si une moitié des gestions n’a pas de cash dans son portefeuille de référence, les autres se sont allégés. Seul BlackRock se distingue avec plus de 16% de cash (+6 points).

Le Panel marque en revanche une légère désaffection vis-à-vis des obligations. Plus de la moitié des gestions s’allègent sur cette classe d’actifs.

A lire aussi