Mauvais temps pour les « stock-pickeurs » aux Etats-Unis

le 22/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le graphique ci-contre compare les densités de probabilité des performances des actions américaines appartenant à l’indice S&P 500 en 2010 (42 semaines du 1er janvier au 15 octobre) et lors du rebond du marché de 2009 (42 semaines du 13 mars 2009 au 31 décembre 2009). Ces deux sous-périodes correspondent à des conditions de marché très différentes puisque la performance de l’indice S&P 500 est respectivement de 7,2% (2010) et de 50,0% sur ces deux périodes (2009).

Ces densités de probabilité permettent de représenter la fréquence des différents niveaux de performance des titres par l’aire sous chacune des courbes. Par définition, l’aire totale sera égale à un (100%). La représentation graphique des distributions des performances permet d’avoir une information plus complète sur les opportunités de diversification.

Les distributions apparaissent très différentes sur les deux périodes. La distribution sur la période récente illustre le phénomène de recorrélation observée depuis le début de l’année aux Etats-Unis. La distribution apparaît certes décalée en raison des différences de performance moyenne mais surtout très resserrée autour de la performance moyenne. La variété est donc beaucoup plus étroite.

Cette réduction significative de la variété limite considérablement le champ de manœuvre pour la recherche d'alpha et les possibilités de stock picking.

Dans ces conditions, la surperformance des gérants actions américaines repose davantage sur leurs décisions d’allocation que sur leurs sélections de titres

A lire aussi