L'Euro Stoxx 50 connaît des mouvements de volatilité inattendus

le 21/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La relation inverse classique entre l’indice et sa volatilité implicite a été rarement respectée

Malgré un sous-jacent bloqué dans une fourchette assez étroite (2.650-2.850 points), le marché des options se montre très actif et intéressant. Non seulement les volumes échangés sont depuis un mois assez soutenus, mais leurs impacts sur les courbes de volatilité ont été assez significatifs.

La majeure partie des échanges sur les options concerne des transactions sur la volatilité pure (avec échange du sous-jacent). En effet, les intervenants finaux (qui traitent en directionnel) sont moins actifs avec un marché de plus en plus dur à lire et qui ne semble pas vouloir choisir de sens. Par contre les volatilistes s’en sont donné à cœur joie.

D’habitude la volatilité implicite à la monnaie réagit aux mouvements de marché en suivant le «smile», c'est-à-dire que dans un marché baissier, elle paye, et inversement. Or tout l’inverse s’est passé ces dernières semaines, avec par exemple depuis la reprise de l’indice une ruée sur les calls et à chaque correction, des vendeurs de puts. Ceci explique une grande partie du volume très soutenu rencontré ces derniers jours et bien entendu la baisse continue du smile.

La semaine d’expiration des options octobre 2010 a été aussi intéressante. Contrairement aux précédentes expirations, où la volatilité de la deuxième échéance est vendue, il a fallu cette fois-ci attendre le dernier jour pour voir la volatilité novembre 2010 s’effondrer cette fois-ci, malgré certains vendeurs voulant jouer la tendance habituelle.

Autre fait marquant, un net regain d’intérêt pour les stratégies à moyen et long terme. Par exemple, l’échéance décembre 2011 a été extrêmement active avec de nombreux acheteurs de volatilité, rendant ainsi cette échéance relativement chère. Les échéances plus lointaines n’ont pas été en reste, notamment sur des trades de convexité (décembre 2014, décembre 2015).

emile.djelassi@newedge.com

A lire aussi