Faire rimer gestion indicielle et engagement

le 14/06/2018 L'AGEFI Hebdo

Par Isabelle BOURCIER, responsable de la gestion quantitative et Indicielle de BNP Paribas Asset Management

 Isabelle BOURCIER, responsable de la gestion quantitative et Indicielle de BNP Paribas Asset Management

Gestion de conviction et gestion indicielle ont été souvent opposées par le passé. Aujourd’hui, tout n’est plus si binaire. Les gestions indicielles sont capables d’offrir une multiplicité de solutions ISR (investissement socialement responsable) ou ESG (sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance) qui tiennent compte des convictions des investisseurs. Celles-ci peuvent aller des approches dites best in class, qui visent à sélectionner les sociétés les plus vertueuses en matière d’ESG au sein d’un indice, à l’exclusion pure et simple de titres de sociétés impliquées dans des activités controversées. C’est le cas par exemple des indices MSCI ex Controversial Weapons, une série d’indices dont la particularité est d’exclure les titres des sociétés impliquées dans les activités liées aux armes controversées.

Si elle n’est pas nouvelle, cette initiative n’est pas anodine, et elle est même plus que jamais d’actualité dans un contexte où les tensions géopolitiques vont grandissant. Une enquête menée par MSCI l’an dernier, et publiée par le Financial Times [1], dévoilait que plus de 6.500 fonds vendus aux investisseurs particuliers dans le monde présentaient une forte exposition aux armes controversées. Au moins 5 % de leur portefeuille étaient investis dans des entreprises qui fabriquent ou distribuent ce type d’armes... Un état des lieux qui mérite réflexion, d’autant que les investisseurs, et notamment les particuliers, ne sont pas toujours conscients de cette situation.

Les ETF ne dérogent pas à la règle, puisque selon l’équipe de recherche ESG de MSCI, les titres des sociétés liées aux armes controversées, représenteraient 0,68 % des indices Monde, 0,31 % des indices Marchés émergents et plus de 1 % de l’indice Amérique du Nord [2]. Les investisseurs doivent donc prendre en considération la composition des indices dans lesquels ils investissent. A ce titre, BNP Paribas Asset Management est le premier acteur de la gestion indicielle à s’être emparé du sujet en 2014, en adoptant les indices MSCI ex Controversial Weapons comme indices de référence pour sa gamme de fonds indiciels ouverts.

Cette initiative a donné un écho concret aux recommandations énoncées un peu plus tôt par l’AFG (Association française de la gestion financière) en avril 2013. Celle-ci avait alors encouragé les gestionnaires français à mettre en œuvre une politique d’exclusion au sein de leurs gestions, visant à interdire le financement des armes à sous-munitions et des mines antipersonnel.

Ces indices offrent une exposition aux grands indices de place, Europe, Amérique du Nord, pays émergents, Japon... sans financer indirectement les entreprises de ces régions impliquées dans les armements controversés. Loin des clichés qui collent à la gestion passive, ces indices plus responsables ont pour vocation de devenir les indices de référence de demain.

[1] FTfm du 27 mars 2017 – Article d’Aime Williams.

[2] Proportions calculées sur les indices MSCI World, MSCI Emerging Markets et MSCI North America au 12 mai 2017.

Sur le même sujet

A lire aussi