De fourmi en cigale

le 17/05/2018 L'AGEFI Hebdo

Fortement endettés lors de la crise de 2008 pour cause de bulle immobilière, les ménages espagnols s’étaient mués à partir de 2009 en fourmis, devenant « prêteurs nets ». Depuis, leur dette a diminué de pratiquement 20 points de PIB, de 85 % à 61 %, tout comme leur taux d’épargne a chuté puisque...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

A lire aussi