L’Esma signe la fin de certaines parts couvertes

le 02/11/2017 L'AGEFI Hebdo

Les parts d’OPCVM protégées contre le risque actions et le risque de taux sont interdites, mettant fin à des pratiques disparates entre les pays.

L’Esma signe la fin de certaines parts couvertes
(Pierre Chiquelin)
Nouveau chantier en vue pour les gestionnaires d’actifs. Après deux années de réflexion, l’Esma (European Securities and Markets Authority) a publié le 30 janvier dernier un avis (« opinion ») sur l’interdiction de couvrir les risques actions et les risques de taux au sein de parts d’OPCVM, les...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

Ailleurs sur le web

A lire aussi