Le Royaume-Uni cherche à ne pas régler la facture du Brexit

le 16/03/2017 L'AGEFI Hebdo

Londres pourrait ne pas devoir s’acquitter de la facture du divorce en l’absence d’accord de retrait. Mais la négociation risque d’être plus politique que juridique.

Début mars, la publication d’un rapport des lords a mis le feu aux poudres. En cause, la fameuse facture du divorce du Brexit qui pourrait s’élever à 60 milliards d’euros. Les lords concluent tout simplement qu’en l’absence d’accord de retrait entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni,...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Hebdo

A lire aussi