Marchés émergents

Des ETF en pleine forme

le 09/02/2017 L'AGEFI Hebdo

Avec 8,5 milliards d'euros de collecte nette, ce segment totalise 20 % de la collecte européenne des fonds indiciels.

Les ETF (exchange-traded funds) européens investis sur les marchés émergents ont collecté 8,5 milliards d’euros en 2016, soit 20 % de la collecte nette totale du marché. Un véritable succès, portant leur encours à 40,5 milliards d’euros, soit 7,8 % des actifs des ETF européens. « Il y a eu un véritable engouement en faveur des ETF émergents l’an dernier, après des années de décollecte entre 2013 et 2015 », confirme Gaëtan Delculée, responsable ventes monde ETF, indiciel et smart beta chez Amundi, qui gère 3,5 milliards d’euros sur les marchés émergents, dont 1,8 milliard collectés en 2016.

La collecte se poursuit en 2017 avec 573 millions d’euros de flux positifs pour le marché, à 90 % sur des produits obligataires. « Les flux sont particulièrement violents sur les marchés émergents, qui peuvent alterner des souscriptions très fortes, puis des sorties massives en un temps record, indique Olivier Paquier, responsable SPDR ETF pour la France. Exemple : les investisseurs sont massivement sortis des ETF obligataires émergents après l'élection américaine, avant d’y revenir depuis la fin d’année. »

L’an dernier, 60 % de la collecte sur les émergents s’est orientée vers des ETF obligataires, portant leur encours à 13,3 milliards d’euros. Malgré ces souscriptions élevées, les ETF actions émergentes dominent encore largement le marché avec un encours de 27,2 milliards d’euros fin 2016. L’offre actions couvre de nombreux sous-jacents, mais le produit phare des gammes reste celui répliquant le MSCI Emerging Markets, avec 13 produits cotés en Europe. L’ETF d’iShares affiche un encours de 4,5 milliards de dollars (4,2 milliards d’euros), suivi par celui d’Amundi ETF à 2 milliards d’euros, dont 1,5 milliard collecté l’an dernier. « Notre ETF affiche des frais très compétitifs, à 0,20 %, et une faible 'tracking error'. Ces arguments sont importants pour les investisseurs », résume Gaëtan Delculée. Les autres ETF MSCI Emerging Markets affichent ainsi des coûts associés (TER) compris entre 0,25 % et 0,75 %. « Il intéresse les investisseurs institutionnels qui cherchent à s’exposer au beta du marché via un ETF de façon tactique, mais aussi des gérants diversifiés qui achètent le fonds global ou des briques d’allocation par pays », rapporte Gaëtan Delculée.

Risque de change

Ces produits ne sont pas couverts contre le risque de change. « Le coût de la couverture serait trop élevé car le MSCI Emerging Markets est investi sur 23 devises différentes », explique François Millet, responsable des ETF et fonds indiciels de Lyxor, dont le produit pèse 1,5 milliard d’euros.

Les gammes d’actions émergentes sont généralement déclinées par zones géographiques sur le MSCI Asie, Amérique latine et Europe de l’Est, ainsi que sur certains marchés phares de la classe d’actifs. Lyxor ETF a fait le choix d’une large gamme pays, avec 15 produits allant des classiques comme la Russie, le Brésil, l’Inde et la Chine aux plus exotiques comme la Turquie, l’Afrique du Sud ou Taiwan. Avec quelques beaux succès, puisque l’ETF MSCI India de Lyxor domine le marché avec un encours de 1,1 milliard d’euros d’encours, tandis que celui sur le DJ Russia atteint 640 millions d’euros.

« Selon les pays, nous choisissons de répliquer soit un indice MSCI ou DJ, soit un indice local comme au Brésil ou en Pologne. Cela dépend notamment des spécificités du marché et de la complexité de la réplication », explique François Millet. A noter, Lyxor n’affiche pas de collecte l’an dernier sur sa gamme émergente en raison de sorties massives en fin d’année après l'élection américaine. « En 2016, les investisseurs ont joué les marchés émergents globaux. Nous pensons qu’en 2017, ils utiliseront plutôt des produits centrés sur un pays, comme c’est le cas par exemple sur la Russie, qui a collecté 300 millions d’euros depuis novembre, à contre-courant des marchés émergents », ajoute François Millet. Lyxor offre aussi un ETF smart beta sur les marchés émergents, visant à réduire la volatilité, tandis que SSGA propose un produit répliquant le MSCI Small Caps et un autre à dividendes élevés sur le SP Emerging Markets.

Côté obligataire, l’offre est déclinée à la fois sur des emprunts émis en dollars et en devises locales. SSGA affiche une gamme de belle taille, avec 1,9 milliard de dollars d’encours sur l’obligataire émergent. « Nous avons collecté 866 millions de dollars l’an dernier sur nos ETF obligataires émergents, principalement sur notre produit de dette émergente en devises locales SPDR Barclays Emerging Markets Local Bonds, dont l’encours atteint 1,7 milliard de dollars, indique Olivier Paquier. Ce produit est notamment utilisé par les investisseurs institutionnels pour diversifier leur exposition taux dans un contexte de recherche de rendement. » De son côté, iShares propose un produit sur le JPM Emerging Bonds (6 milliards de dollars) et un autre sur les emprunts souverains libellés en devises locales (3,7 milliards de dollars).

ZOOM
(Fotolia)

A lire aussi