L'avis de... Hervé Lievore, stratégiste d’Axa IM

« La tendance moyenne devrait demeurer relativement stable »

le 10/06/2010 L'AGEFI Hebdo

Les mesures chinoises afin d’éviter la surchauffe immobilière freinent-elles la demande en métaux ?

L’impact de ce resserrement est surjoué par les investisseurs. La demande de métaux destinée au secteur de la construction devrait rester relativement forte. Le gouvernement ne fait qu’en réorienter les investissements. Seules certaines catégories de projets sont concernées par des restrictions, tel l’immobilier haut de gamme, mais au profit du logement social qui est encouragé. De son côté, l’offre de logements n’est pas partout excédentaire. Les nouvelles habitations se construisent à la place de celles qui viennent d’être détruites et, dans les myriades de petites villes en train de se moderniser, les besoins sont importants. Ensuite, le risque d’insolvabilité est moins élevé qu’aux Etats-Unis pendant la crise du crédit subprime car les Chinois règlent leurs transactions en cash pour une grande partie.

Croyez-vous au consensus d’une hausse continue des cours des produits pétroliers ?

Beaucoup s’illusionnent. Sur longue période, les prix des matières premières évoluent par paliers, comme on peut le voir avec l’indice CRB. En réalité, les « super cycles » de hausse sont les passages d’un palier à l’autre. Se sont succédé plusieurs zones de fluctuations : la première jusqu’en 1972 autour de 100, la deuxième de 1975 à 2004 entre 200 et 300 et enfin, une nouvelle bande semble se dessiner entre 300 et 450. Malgré des séquences cycliques de hausses et de baisses, la tendance moyenne devrait donc demeurer relativement stable. Un des principaux facteurs de rappel est le pouvoir d’achat des consommateurs, même dans un pays en forte croissance comme la Chine. On peut également s’interroger sur l’argument de la hausse trop lente de la production pour justifier une hausse des prix cette année : les capacités non utilisées de l’Opep* s’élèvent à 5,4 millions de barils par jour, alors que la croissance attendue de la demande devrait atteindre 1,6 million de barils par jour en 2010.

La spéculation guide-t-elle le marché ?

On est en droit de se le demander lorsqu’on observe simultanément des prix spot élevés, une pente positive de la courbe des prix et des stocks extrêmement importants de cuivre, d’aluminium et, dans une moindre mesure, de pétrole brut aux Etats-Unis. Les arbitragistes, qui achètent spot et revendent à terme en conservant le produit dans l’intervalle, justifient pour partie cette situation. Cela pourrait expliquer pourquoi le coût des tankers pétroliers, habituellement fortement saisonnier, reste en cette fin de printemps aux mêmes niveaux qu’au plus fort de l’hiver.

*Organisation des pays exportateurs de pétrole

A lire aussi