La rémunération des mandats au plus bas

le 23/09/2010 L'AGEFI Hebdo

Depuis 2002, le cabinet de conseil Amadeis réalise tous les deux ans une enquête sur les frais pratiqués par les sociétés de gestion dans le cadre des mandats. S’agissant de mandats, ces frais s’entendent stricto sensu, en dehors des frais de fonctionnement (valorisation, dépositaire, etc.). Cette étude permet donc de comparer le positionnement tarifaire des différents acteurs. Trente sociétés de gestion françaises et étrangères présentes sur le marché institutionnel français ont participé à l’enquête. Celle-ci confirme que les frais de gestion ont continué à baisser sur les classes actions depuis la précédente étude en 2008, en ligne avec la tendance observée depuis plusieurs années. Pour les classes d’actifs obligataires, en revanche, la tendance est à la stabilité. « Les sociétés de gestion réduisent leurs frais dans un contexte de compétition accrue, afin de capter de nouveaux actifs, précise Frédéric Pétiniot, directeur général d’Amadeis. On a probablement atteint un point bas sur les principales classes d’actifs qui sont aujourd’hui facturées à un prix historiquement bas. » Autre tendance mise à jour par l’enquête, les frais de gestion variables se développent. « De plus en plus de sociétés proposent des commissions de surperformance pour la gestion de mandats actions, et plus seulement sur les gestions à objectif de performance absolue, ajoute Frédéric Pétiniot. C’est une façon pour elles d’afficher des frais fixes très compétitifs. Nous sommes cependant vigilants sur cette pratique qui peut vite devenir très complexe. »

A lire aussi