L'avis de... Jean-Benoît Naudin, directeur des fonctions de supports partagés chez Axa IM

« Nos clients distributeurs pourront traiter avec un seul intermédiaire »

le 24/06/2010 L'AGEFI Hebdo

Vous collaborez au développement des nouvelles plates-formes de BNP Paribas Securities Services (BP2S) pour la distribution de fonds. Pour quelles raisons ?

Nous vendons des OPCVM principalement en Europe, en Asie et en Amérique du Sud. Notre gamme comprend quatre types de fonds : luxembourgeois, irlandais, certains fonds français, et aujourd’hui également anglais, notamment quelques fonds Framlington. Pour chacun d’entre eux, nous avons un centralisateur dans le pays d’origine du fonds. Nous cherchons à rationaliser notre dispositif et à réduire autant que possible le nombre de nos centralisateurs. Avec BP2S, nous voulons simplifier la vie de nos clients distributeurs avec un seul point d’entrée : quelle que soit la gamme de fonds qui les intéresse, ils pourront traiter avec un seul intermédiaire. Le besoin est essentiellement fonctionnel de notre côté, nous avons besoin de voir fonctionner la plate-forme de BP2S en conditions réelles, nous commençons à travailler sur l’optimisation des processus. D’ici à la fin de l’année, notre objectif est d’identifier quatre clients testeurs, investissant dans plusieurs gammes de fonds avec un client présent en Asie. Le deuxième axe de travail avec BP2S est l’intensification du STP (straight-through processing) dans le traitement des ordres. Jusqu’à une date récente, le seul STP universel était le fax avec les ruptures dans la chaîne de traitement des ordres et les risques opérationnels en découlant. Au niveau européen, il existe des plates-formes de routage des ordres comme Vestima ou Fundsettle, mais elles ne répondent pas à la problématique française de marquage des ordres. BP2S va développer une plate-forme permettant l’optimisation du STP dans ce domaine.

Pourquoi avoir choisi BP2S ?

D’une part, nous ne voulions pas ajouter un intermédiaire supplémentaire. D’autre part, d’un point vue opérationnel, il est difficile de changer de prestataire, et ce type de projet requiert des relations de longue durée, ce qui est le cas avec BP2S, notre centralisateur depuis 2001 pour les fonds d’origine française. Enfin, leurs équipes ont répondu favorablement à l’expression de nos besoins.

Quels sont les points particulièrement sensibles, au niveau fonctionnel, dans ce projet ?

Concernant le routage des ordres, c’est sans conteste leur bon acheminement et le fait qu’ils soient bien écrits pour éviter toute ambiguïté, donc toute erreur. Par exemple, prendre en compte la différence d’écriture du millier : 1.000 en France et 1,000 en Grande-Bretagne. Les formats de dates également peuvent varier. Autre point très important, l’identification des distributeurs et de leurs avoirs de façon à payer les rétrocessions telles que définies dans les contrats, en temps et en heure.

A lire aussi