Non au jargon !

le 21/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Il est souvent reproché aux financiers français de « jargonner » et d’abuser des expressions anglo-saxonnes. Nos amis canadiens se font pour leur part un devoir de recourir à des formules exclusivement françaises et le dernier communiqué de Royal Bank of Canada (RBC) annonçant le rachat de Blue Bay est de ce point de vue un modèle. Cette société de gestion britannique est spécialiste, entre autres, des « titres d’emprunt de sociétés de haute qualité, des créances de sociétés à rendement élevé (…), des créances sinistrées et des créances à gestion multistratégique ». Nul « investment grade », « high yield », « distress securities » ou autres « fixed income arbitrage ». Ses stratégies d’investissement se concrétisent par des « positions acheteur » (et non « directionnelles ») et des « produits non traditionnels » (et non des « hedge funds »). Enfin, ses collaborateurs deviendront des « membres estimés » de « RBC Gestion Mondiale d’Actifs (RBC GMA) », et non d’un banal « RBC Asset Management (RBC AM) ». Professionnels, comme... journalistes, devraient sans doute en prendre de la graine.

A lire aussi