Des marchés secondaires peu liquides

le 14/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Les marchés secondaires de titres de dettes des pays européens périphériques manquent cruellement de liquidité tandis qu’à l’inverse, d’importants flux se dirigent vers l’Allemagne ou la France. A tel point que les investisseurs des petits marchés comme la Grèce se tournent vers les credit default swaps (CDS) qui bénéficient d’un peu plus de mouvements. De fait, « leur prime, qui inclut le risque de pays et de contrepartie, dépasse celle de l’obligation cash », indique Bernard Aybran, directeur de la multigestion d’Invesco Asset Management. Un autre signe de l’absence d’échanges est, selon Olivier de Larouzière, responsable de la gestion taux d’intérêt et de change de Natixis Asset Management, « la prime de 2 % à 3 % offerte sur le marché primaire grec par rapport au marché secondaire lors des émissions à court terme ». Celle-ci correspond pour la plus grande partie à une prime de liquidité et non de défaut, étant donné les garanties offertes par les autorités européennes.

A lire aussi