Le Grand-Duché se défend

le 01/04/2010 L'AGEFI Hebdo

La place luxembourgeoise est le leader mondial incontesté en matière de domiciliation de fonds dédiés à la commercialisation transfrontalière. Selon la dernière étude sur ce sujet réalisée par PricewaterhouseCoopers Luxembourg (PwC), les OPCVM luxembourgeois totalisent, à fin 2009, 44.629 enregistrements dans différents pays du monde, soit une part de marché mondiale de 76,2 % dans la distribution « cross-border ». Cependant, à l’occasion des récentes Conférences de printemps de l’Alfi (Association luxembourgeoise des fonds d’investissement), des acteurs confiaient craindre que les facilités offertes par le passeport société de gestion incitent certains gérants européens à rapatrier la gestion administrative de leurs fonds luxembourgeois à leurs sièges, à Londres ou à Paris par exemple, voire externalisent en Europe de l’Est. Dans cette perspective, PwC a évalué, en s’appuyant sur Caceis, Citi et SGSS, les coûts respectifs des différentes places européennes en matière d’administration de fonds. Résultats, si cette activité est moins coûteuse en Pologne et au Royaume-Uni, à l’inverse, l’Allemagne et la France seraient moins compétitifs.

A lire aussi