FRAGMENTATION DES MARCHES Chi-X progresse encore

le 14/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Chi-X, deuxième sur les principaux indices

Comme lors de nos précédents classements réalisés les 11 mars et 17 juin à partir des données Fidessa Fragmentation Index/Fidessa Fragulator, la plate-forme de négociation alternative (MTF) Chi-X apparaît comme la grande gagnante de la « fragmentation des marchés ». Cet outil, qui permet de reconstituer par lieux d’échanges les transactions passées sur un titre donné, nous confirme que des Bourses comme Euronext et Deutsche Börse (Xetra) tentent de résister à l’ouverture du marché telle qu’autorisée depuis la mise en place de directive MIF (Marchés d’instruments financiers). Ces plates-formes « traditionnelles » conservent un peu d’avance sur les échanges au sein de l’indice paneuropéen EuroStoxx 50. Mais Chi-X ainsi que Bats Europe grignotent chaque trimestre des parts de marché. On note aussi que les marchés « opaques » sont passés de 40 % à plus de 45 % du montant total.

Opacité confirmée

La comparaison sur le FTSE 100 est encore moins à l’avantage du London Stock Exchange (LSE), dont les parts de marché sont passées en un an de 43 % à moins de 33 %. Le bénéfice en revient là aussi aux MTF. Sauf Turquoise, qui connaît un certain recul cette année, même sur son habituel « marché domestique ». Les dark pools, bien que toujours « confidentiels », y ont, eux, multiplié leur activité par plus de quatre.

L’analyse sur le DAX 30 montre un marché allemand plus équilibré, avec Xetra comme plate-forme nationale et des Bourses régionales plutôt résistantes, même si Chi-X représente désormais à lui seul 29 % des échanges « transparents » outre-Rhin (contre 26 % à Londres). On remarque aussi, en cumulant les données sur les trois principaux indices (FTSE 100, DAX 30 et CAC 40), que Chi-X devient pour la première fois « le premier opérateur européen », sachant cependant qu’il est le seul vraiment actif sur les trois territoires. Sur le CAC 40, malgré les efforts d’Euronext, les marchés OTC (de gré à gré) progressent aussi, confirmant une certaine opacité des marchés.

A lire aussi