« Eurobashing »

le 09/09/2010 L'AGEFI Hebdo

C’est reparti. Après le calme de l’été, la presse financière anglo-saxonne n’a pas supporté l’amélioration de la situation sur les titres souverains de la zone euro. Le Financial Times (FT) a repris ses articles sur les volumes importants d’émissions de titres à venir en euros, volumes insoutenables pour le marché. Nul doute que le FT se prépare déjà à des « unes » à répétition sur les écartements de spreads, l’envolée des CDS (credit default swaps) souverains et pourquoi pas un nouveau risque d’éclatement de l’euro, la lubie de la finance londonienne. Le Wall Street Journal (édition européenne) vous explique que les banques de la zone n’ont pas dit la vérité sur leur détention de titres souverains et leur bilan au cours des stress tests (tests de résistance) de juillet. Ajoutez à cela quelques photos de grèves à Paris, un phénomène bien « français », et le tour est joué. Evidemment, on sera plus discret sur l’explosive dette américaine, de loin la plus importante de la planète. Une dette financée pour moitié à court terme et qui fait de la Fed un auxiliaire du Trésor américain. Rien sur la dette britannique, la dette européenne la plus dégradée, dont le financement est - heureusement pour les Anglais - nationalisé. Pas grand-chose sur la déconfiture des banques en Irlande. Rien sur les statistiques du Bureau international du Travail (BIT) qui montre que le nombre de journée de grèves est beaucoup plus élevé au Royaume-Uni qu’en France...

A lire aussi