Un droit de regard étendu pour Eurostat

le 18/02/2010 L'AGEFI Hebdo

Pour voir clair et prendre les décisions adéquates, une bonne politique a besoin de bonnes statistiques. Le cas de la Grèce, dont les chiffrages de déficit public et de dette publique mais aussi bien d’inflation ont été manipulés au vu et au su de tout le monde, en particulier à des moments clés comme l’entrée du pays dans la zone euro, ne se reproduira plus, espère bien la Commission européenne. A Athènes, des représentants d’Eurostat participent à la mise sur pied d’un nouvel institut statistique grec, capable de donner une image honnête et au-dessus de tout soupçon du pays. Bruxelles ne veut pas s’en tenir à la Grèce et a présenté des dispositions pour renforcer l’office communautaire des statistiques basé à Luxembourg avec l’objectif d’améliorer la qualité et la fiabilité des données publiées par les Etats membres. Eurostat devra pouvoir mener des opérations d’audit, des visites plus fréquentes et plus complètes dans chaque Etat membre. « J’espère que le Conseil et le Parlement européen adopteront rapidement cette réglementation, a souhaité Olli Rehn (photo), le nouveau commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires. «Chaque Etat membre a la responsabilité de fournir des informations précises et fiables sur ses comptes nationaux et ses finances publiques. C’est absolument essentiel au bon fonctionnement de la zone euro et pour la confiance mutuelle au sein de l’Union européenne. »

A lire aussi