Dossier spécial Fund Forum - Gestion d'actifs

La distribution transfrontalière des fonds se mondialise

le 24/06/2010 L'AGEFI Hebdo

Le marché des fonds tranfrontaliers poursuit sa croissance, selon le dernier « Global Fund Distribution Poster » de PricewaterhouseCoopers.

"Cette nouvelle édition nous confirme que dans un monde où règne l’incertitude, l’industrie des fonds transfrontaliers reste solide avec davantage de promoteurs distribuant plus de produits, dans plus de pays. Ces dix dernières années, la croissance du secteur des fonds transfrontaliers a été incroyable. En 1999, quelque 2.290 véritables fonds transfrontaliers étaient vendus par environ 65 sociétés de gestion dans un nombre de pays limité. Aujourd’hui, 7.500 fonds transfrontaliers sont vendus par plus de 220 groupes partout dans le monde » - Mark Evans, associé chez PwC Luxembourg et Global Fund Distribution Leader

Les fonds Luxembourgeois restent leaders hors d’Europe (tableau 1)

Entre l’Asie-Pacifique, le Moyen-Orient, l’Amérique et l’Afrique, les fonds luxembourgeois totalisent près de 6.500 enregistrements, contre près de 1.200 pour les fonds irlandais. Le principal marché hors d’Europe pour ces fonds européens est le marché asiatique et précisément Singapour, la première place de commercialisation hors d’Europe. Plus surprenant, la deuxième place est occupée par le Chili, suivi de Hong-Kong, puis de Bahrein et Taïwan.

Une trentaine de groupes distribuent leurs fonds dans plus de 20 pays (graphique 2)

En quatre ans, le nombre de gérants d’actifs distribuant leurs OPCVM sur plus de 20 marchés, soit 33 fin 2009, a quasiment doublé. Ils sont en grande majorité anglo-saxons (américains ou britanniques) puis, dans l’ordre, français, suisses et allemands.

Le nombre de fonds transfrontaliers a doublé en sept ans (graphique 3)

Les fonds transfrontaliers (distribués dans au moins trois pays différents) ont atteint le chiffre de 7.441 fin 2009, contre 7.366 un an plus tôt et 3.750 fin 2002. En moyenne, un fonds transfrontalier est distribué sur huit marchés. Au total, ces OPCVM cumulent 58.553 enregistrements sur l’ensemble des marchés (un chiffre en hausse de 2 % en un an).

Pas de rationalisation en Europe (tableau 4)

La rationalisation des gammes ne semble pas encore en marche, puisque le nombre d’enregistrements d’OPCVM transfrontaliers (distribués dans au moins trois pays) en Europe a encore progressé en 2009, à près de 50.000  (+4 %). Il a cependant reculé en Asie-Pacifique (-8 %) et au Moyen-Orient (-11 %).

L’Allemagne est bien le marché européen le plus ouvert. Près de 4.000 fonds luxembourgeois y sont commercialisés, contre 2.800 en France. Plus surprenant, le deuxième marché pour les fonds luxembourgeois est le marché autrichien (3.299) et le troisième est situé hors de l’Union européenne puisqu’il s’agit de la Suisse (3.078).

A l’inverse, les Allemands, traditionnellement très exportateurs, ont peu recours à leurs produits locaux : les fonds allemands totalisent 507 enregistrements sur toutes les places financières mondiales, contre 1.254 pour les fonds français, mais surtout 44.629 pour les fonds luxembourgeois, 7.537 pour les fonds irlandais et même 1.452 pour les fonds britanniques.

Mais la capacité des produits européens à s’exporter hors des frontières de l’Europe se confirme : dans l’ensemble des pays d’Asie-Pacifique, les fonds luxembourgeois comptent plus de 4.000 enregistrements et les fonds irlandais, plus de 800. Et si un seul fonds luxembourgeois est enregistré aux Etats-Unis, dont le manque d’ouverture n’est plus à démontrer, ils sont plus de 1.000 au Chili.

A lire aussi