Des Grands Prix européens pour les ETF

le 05/02/2015 L'AGEFI Hebdo

Des Grands Prix européens pour les ETF
En cette année 2015, les exchange-traded funds (ETF) fêtent leurs 15 ans en Europe. L’occasion était belle de les doter des distinctions qui leur manquaient encore. L’Agefi l’a saisie en créant les premiers Grands Prix des ETF en Europe.

Ces fonds indiciels cotés font partie des produits les plus innovants conçus par l’industrie financière ces dernières années. Véhicules transparents, en apparence simples d’utilisation et bon marché, mais à l’offre diversifiée, ils prennent une place croissante dans les portefeuilles des investisseurs institutionnels. Ceux-ci y voient un moyen d’ajuster rapidement leur allocation, mais aussi de s’exposer à des classes d’actifs complexes, traditionnellement hors de leur portée en l’absence d’équipes spécialisées. L’ascension des ETF paraît d’ailleurs irrésistible. La collecte 2014 a enregistré des montants records pour atteindre plus de 360 milliards d’euros en Europe, près de 3.000 milliards au niveau mondial.

Cette industrie est encore jeune. Sa capacité d’innovation semble sans limite alors que les indices sont travaillés et retravaillés, jusqu’à devenir « intelligents ». La compétition y est féroce et le marketing omniprésent. Les nouveaux entrants peuvent encore trouver une place, chose rare en finance, et les lignes bougent entre leaders. Quant à leur réglementation, elle est encore sur le métier : si le débat sur la méthode de réplication est aujourd’hui terminé, celui portant sur le risque systémique posé par certains fonds cotés n’en est qu’à ces débuts. La gestion passive indicielle cotée ne représente encore que quelques pourcents des investissements totaux. Mais son importance ne doit pas être minimisée : elle présente un tel défi pour la gestion traditionnelle que celle-ci doit désormais justifier d’être réellement « active ».

Face à ce foisonnement de produits de plus en plus complexes – plus de 2.000 produits, offerts par 49 promoteurs et cotés sur 26 places sont présents pour la seule Europe – ; face à des gestions passives devenues actives et des gestions actives accusées d’être des « closet trackers », c’est-à-dire des ETF déguisés, les investisseurs ont besoin d’éclaircissements. Dans la gestion passive, comme ailleurs en finance, des benchmarks sont nécessaires.

En tant qu’animateur de la communauté financière en France mais aussi en Europe, L’Agefi entend éclairer ses lecteurs sur ce compartiment complexe et en devenir. Aider les investisseurs à mieux comprendre et évaluer les innovations fait aussi partie des missions du journal. Ces Grands Prix récompensent donc les meilleurs ETF sous deux aspects : quantitativement, ils éclairent sur leur qualité de réplication et leur performance relative ; qualitativement, sur leur caractère innovant. Dans un but unique, assurer une meilleure transparence de l’industrie financière.

« Aider les investisseurs à mieux comprendre et évaluer les innovations fait aussi partie des missions du journal »

A lire aussi