La Russie s’enfonce dans la récession

le 11/12/2014 L'AGEFI Hebdo

Zone rouge. Malmenée par les sanctions occidentales et fragilisée par la chute des prix du baril de brut, l’économie russe devrait se contracter en 2015. Le ministère de l’Economie anticipe un recul du PIB de 0,8 %, contre une croissance de 1,2 % jusqu’à présent. La banque centrale russe avait élaboré il y a quelques semaines un scénario du pire avec un baril à 60 dollars qui provoquerait une récession de 3,5 % à 4 %. Le ministère de l’Economie vient d’abaisser sa prévision de 100 à 80 dollars. La dégringolade du rouble témoigne de la violence du choc. La devise russe a déjà perdu deux tiers de sa valeur face au dollar depuis le début de l’année, accentuant son déclin dans le sillage de la dernière réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui s’est soldée par un statu quo sur la production, au grand dam des autorités russes. L’excédent d’offre contribue à la chute des prix du pétrole (67 dollars pour le Brent). Sur le plan intérieur, l’affaiblissement du rouble a un effet inflationniste (l’inflation pourrait dépasser 10 % début 2015). La banque centrale se refuse pour le moment à mettre en place un contrôle des capitaux, alors que le taux de change est désormais flexible, mais elle intervient de façon massive pour soutenir la monnaie. Entre janvier et novembre, elle a vendu 90 milliards de dollars de réserves (420 milliards). Quoi qu’il en soit, les sorties de capitaux devraient se poursuivre. Les autorités russes en anticipent 125 milliards de dollars cette année et 90 milliards l’an prochain.

A lire aussi