Le monde à l'envers

le 02/07/2015 L'AGEFI Hebdo

Dur dur d’être un hedge fund investi dans un pays bientôt en cessation de paiement… Si la plupart des fonds avaient déserté la Grèce en début d’année, d’autres ont parié gros sur la capacité du gouvernement Tsipras à négocier avec l’Union européenne. Selon le New York Times, Japonica Partners, Farallon, Fortress, York Capital, Baupost, Knighthead and Greylock Capital in Rhode Island, et même les fonds H20 et Carmignac, auraient conservé de larges investissements dans la dette grecque, ou les banques et sociétés locales. La panique serait telle que les investisseurs auraient abandonné toute analyse financière de la situation pour tenter de décrypter les intentions du gouvernement. Certains auraient même engagé des sociétés pour étudier les discours de Tsipras et Varoufakis afin d’y déceler les mensonges…, voire même s’en remettraient aux commentaires des journalistes… On aura tout vu !

A lire aussi