Les marchés d'actions sont rétifs à la Coupe du monde de football

le 22/05/2014 L'AGEFI Hebdo

Sell in may and go away. La tradition et l’historique veulent que les indices des marchés d’actions donnent leur maximum entre novembre et avril.

La question de la saisonnalité des marchés d’actions se pose actuellement, indique une note du cabinet PrimeView.

Une consolidation est-elle à venir ? C’est ce que suggère la comparaison des performances (dividendes réinvestis) sur plusieurs décennies (voir graphique).

D’autant que cette année, il va falloir compter avec la Coupe du monde de football. Mondial et marchés ne font pas bon ménage, indique une étude de Reuters qui se réfère à la volatilité du VIX. La première édition du Mondial date de 1930, de la Grande Dépression.

Plus près de nous, 1994 fut l’année d’un krach obligataire, 1998 celle de la crise asiatique, 2002 la fin de la bulle Internet et 2010… déjà la crise actuelle. Une note de marché de Société Générale CIB tempère ce track record pessimiste : « Heureusement, une grande partie des matchs auront lieu après la clôture européenne ».

Il reste l’énigme des Etats-Unis, imperméable au soccer…

A lire aussi