Entretien avec... Paolo Coghe, analyste senior, Energie, Charbon, Carbone (Europe), SG CIB

« Le marché tend vers la stabilisation »

le 18/06/2015 L'AGEFI Hebdo

« Le marché tend vers la stabilisation »
Paolo Coghe, analyste senior, Energie, Charbon, Carbone (Europe), SG CIB

Vos prévisions d’évolution des prix font état d’une augmentation extrêmement modeste du prix de la tonne carbone. Comment l’expliquez-vous ?

Le marché du CO2 européen a connu de nombreuses évolutions et autant de dysfonctionnements depuis sa création en 2005. En 2008, la Phase 2 est entrée en vigueur, seule année où le carbone a eu un prix fixé par le marché (jusqu’à 35 euros la tonne, NDLR). Si le prix avait été fondé sur l’analyse économique théorique traditionnelle, il aurait dû être nul ; mais cela n’a pas été le cas, du fait des options politiques, exigeant que le carbone ait un prix. Dès 2009 les surplus se sont accumulés, jusqu’à atteindre 2 milliards de tonnes en 2013. Et la mise en place de la MSR (market stability reserve) vise précisément à réduire de façon permanente et à gérer ces surplus existants. Néanmoins, ma connaissance du marché me conduit à maintenir une opinion positive sur ce marché et son développement.

Comment construisez-vous vos prévisions ?

Mes prévisions sont fondées sur une approche qui combine différentes composantes. Tout d’abord, d’après mes observations, une large part du marché est animée par des mouvements spéculatifs, en vue de réaliser des profits de court terme. Ensuite, un algorithme statistique analyse la volatilité des prix ; dernièrement les prix ont affiché une volatilité moindre, ce qui constitue un changement sur ce marché, et donc un signal positif. En d’autres termes, le marché tend vers la stabilisation. Enfin, mon approche intègre un modèle statistique qui fournit des taux de croissance spécifiques à des moments précis au cours des dernières années. Ce modèle me conduit ainsi à une prévision d’une croissance de l’ordre de 1 % par semaine. Dans ce contexte, en appliquant un tel taux pour les douze prochains mois, cela me mène à une estimation de prix de 12 euros/tonne d’ici juillet 2016, avec le prix actuel de 7,5 euros/tonne pour point de départ.

Quels événements pourraient provoquer une flambée des prix ?

Du côté de la demande, il ne faudrait rien moins qu’une explosion de l’activité industrielle, une augmentation brutale de la population, ou encore la signature d’un Memorandum of Understanding (MOU) avec un pays tiers, à l’instar du MOU conclu entre l’Union européenne et l’Australie en 2012. De tels événements paraissent hautement improbables dans le contexte européen. Du côté de l’offre, un changement de réglementation pourrait produire des effets similaires. Dans la mesure où il y a une grande incertitude quant au processus et à ses résultats, cela pourrait entraîner une hausse des prix. Mais sans réelles évolutions réglementaires à venir rapidement, l’effet serait limité dans le temps.

A lire aussi