L’univers de taux bas contraint les fonds de pension

le 07/05/2015 L'AGEFI Hebdo

Handicap. L’industrie des fonds de pension tire la sonnette d’alarme sur les effets néfastes du quantitative easing (QE) de la Banque centrale européenne (BCE) et de la faiblesse des taux d’intérêt (dont une grande partie est aujourd’hui en territoire négatif). Cela se traduit par un accroissement de l’écart de financement (funding gap) lié à l’augmentation des engagements de passifs (consécutive à la baisse des taux d’actualisation). PensionsEurope a calculé qu’une baisse de 100 points de base des taux d’intérêt entraînait une baisse de 20 % du funding ratio (actif/passif). La revalorisation des obligations et des actions, dynamisées par le QE de la BCE, entraîne certes une revalorisation des actifs des fonds de pension. Mais cela ne vaut que pour les titres en portefeuilles. Les réinvestissements se font à des taux bas. De plus, la réglementation limite la capacité de ces institutions à réallouer leur actif vers plus de risque en les contraignant à détenir des obligations souveraines et peu d’actions.

A lire aussi