Les flux vers les émergents décryptés

le 07/05/2015 L'AGEFI Hebdo

Moteur. L’aversion globale au risque et les taux d’intérêt dans les économies développées ont un impact négatif marqué sur les investissements dans les actions et la dette des pays émergents, selon une étude réalisée par l’Institut de finance internationale (IIF). Certes, les investissements directs (IDE), qui représentent la moitié des capitaux entrants dans les émergents et sont généralement liés aux perspectives de croissance, sont plus stables, notamment dans les grands pays, mais ce constat n’a rien de rassurant à la veille d’une hausse probable des taux d’intérêt aux Etats-Unis. Les flux dans les fonds d’actions et de dette émergentes restent volatils et évoluent au gré des statistiques américaines et des déclarations de la Réserve fédérale, comme le démontrent les dernières statistiques d’EPFR avec deux semaines consécutives de rachats.

A lire aussi