L'avis de... Shogo Maeda, responsable actions japonaises chez Schroders

« La diminution de l’impôt sur les sociétés serait la bienvenue »

le 18/12/2014 L'AGEFI Hebdo

« La diminution de l’impôt sur les sociétés serait la bienvenue »
Shogo Maeda, responsable actions japonaises chez Schroders

Qu’attendre pour l’économie japonaise en 2015 ?

La décision prise au mois de novembre par le Premier ministre, Shinzo Abe, de reporter la deuxième augmentation de la taxe sur la consommation permet d’accorder le temps nécessaire à la récolte des bénéfices provenant de la poursuite des hausses des salaires, primes comprises. C’est pourquoi, selon nous, en 2015, l’économie japonaise devrait repartir. Nous nous attendons à une croissance solide du PIB, soutenue à la fois par le redressement de la consommation et par une reprise des dépenses des entreprises. Suivant notre scénario de base, à savoir un marché du travail en train de se tendre combiné à de solides profits d’entreprise continuant de pousser les salaires à la hausse, l’inflation sous-jacente, modeste, devrait tourner autour de 1 % à 1,5 %.

Les marges bénéficiaires des entreprises vont-elles continuer de croître ?

Dans l’ensemble, nous nous attendons à une poursuite de l’amélioration des marges bénéficiaires des entreprises japonaises. Les exportateurs peuvent toujours profiter de la faiblesse du yen, tandis que l’environnement reflationniste de l’économie domestique va soutenir l’augmentation des prix de vente. Nous remarquons que ces dernières se focalisent plus sur l’accroissement de leur rentabilité. D’autres bonnes nouvelles pour l’économie pourraient provenir des baisses de l’impôt sur les sociétés. Elles font partie intégrante de la stratégie de croissance de Shinzo Abe. Etant donné que le taux d’imposition sur les sociétés au Japon est un des plus élevés des économies développées, une réduction du taux maximum de 35 % à, par exemple, moins de 30 % pourrait soutenir les bénéfices des entreprises à moyen terme.

Quelles réformes doivent être accélérées ?

Les récentes initiatives prises en faveur d’une amélioration de la gouvernance d’entreprise – dont la rédaction d’un code de gouvernance ou l’encouragement à accueillir des administrateurs externes – sont constructives. Maintenant, nous attendons en premier lieu l’annonce, qui serait la bienvenue, de la diminution de l’impôt sur les sociétés, destinée à accroître la compétitivité. Les discussions dans le cadre de l’accord de libre-échange Trans-Pacific Partnership (TPP) aussi devraient progresser. A moyen terme, nous estimons que la dérégulation de divers secteurs, dont les services médicaux, le marché du travail et l’agriculture, est nécessaire.

A lire aussi